Étiquette : costockage

La web-série startup Costockage : A la rencontre des professionnels

La web-série startup Costockage : A la rencontre des professionnels

La websérie dédiée à l’univers des startups. Plongez dans le quotidien de ces entrepreneurs. Dans cet épisode, Adam part à la rencontre de professionnels susceptibles d’être intéressés par l’offre Costockage. Accompagné par Jean Berthelot de La Glétais, journaliste spécialisé, il va rencontrer un restaurateur qui manque de place pour stocker son matériel et son stock.

Garde meuble entre particuliers

La problématique du stockage est aussi très importante chez les professionnels, qui n’ont pas tous la chance d’avoir une cave ou un espace pour stocker.

Découvrez les épisodes précédents :

Portrait d’Adam

Définir une offre BtoB pour Costockage

Etude du marché professionnel

Décrire votre espace de stockage : Une image c’est bien, avec des mots c’est mieux !

Décrire votre espace de stockage : Une image c’est bien, avec des mots c’est mieux !

Jéremy, notre coach des propriétaires, revient pour vous expliquer quelles sont les clés pour faire une bonne description et offrir la meilleure option à un costockeur à la recherche d’un espace stockage de qualité pour ses affaires SDF.

Que préciser dans votre description ?

Il est important dans la description de détailler tout ce qui n’est pas forcément visible sur les photos. N’hésitez pas même à répéter, comme on dit : “ça va sans dire, mais ça va mieux en le disant”. Un petit récapitulatif des informations importantes que cherche un Costockeur sur une annonce :

  • l’accessibilité, comment le Costockeur pourra venir déposer ses cartons, quelle est la taille des portes, couloirs à emprunter.
  • la sécurité, montrer au Costockeur que ses affaires seront entreposées dans un espace fermé par 1, 2, 3 portes, un digicode, un vigik…
  • les conditions de stockage (sec, pas d’humidité), il faut être précis sur ce point. En effet, quelqu’un qui cherche un box stockage pour stocker ses livres ou sa chaîne hi-fi ne veut pas qu’il y ait de l’humidité.
  • la durée minimum de stockage, si vous avez une préférence pour les contrats de longue durée, il est préférable de le préciser afin de vous éviter des demandes inutiles.
  • le matériel à disposition, préciser s’il y a dans votre cave des étagères pour le rangement, l’électricité (prise ou lumière), si vous prêtez un diable, etc

et tout autre information utile devra être indiquée afin de limiter le nombre de questions posées par un locataire intéressé.

Louer mon espace sur Costockage

Voici ci-dessous un exemple d’annonce parfaite :

annonce espace de stockage
Annonce stockage de qualité

La web-série startup costockage : comment étudier le marché des professionnels ?

La web-série startup costockage : comment étudier le marché des professionnels ?

Une websérie sur l’univers des startup qui suit Adam, le fondateur de Costockage! Après sa rencontre avec Roberto, Adam rencontre Philippe. Fort de son expérience, Philippe va conseiller Adam sur la stratégie à adopter pour développer une offre BtoB. Un tournant décisif pour l’entreprise qui souhaite prendre de l’ampleur.

Des bonnes pratiques et astuces qui pourront servir à de nombreux entrepreneurs.

 

Garde meuble entre particuliers

Vous aussi comme Adam venez découvrir ces techniques marketing.

Vous souhaitez revoir les épisodes précédents ?

Episode – Portrait d’Adam

Episode 1 –Développer l’offre BtoB Costockage

Attention, escrocs ! Les 5 pièges à entrepreneurs qu’il faut éviter. Et pourquoi parfois il faudra se laisser faire.

Attention, escrocs ! Les 5 pièges à entrepreneurs qu’il faut éviter. Et pourquoi parfois il faudra se laisser faire.

Je ne sais pas vous, mais je suis allergique à toute démarche administrative. Le genre à stocker mes feuilles de soin plutôt que de trouver un timbre et l’adresse où les envoyer.

Pas de chance, chez Costockage, je suis “Président”. Je suis donc le représentant légal et c’est mon nom qui apparaît sur tous les registres.

Espérant que j’aurais été usé par les 1001 démarches administratives nécessaires à la gestion d’une boîte, quelques escrocs tentent donc régulièrement leur chance en glissant dans mon courrier une facture pour un service imaginaire.

Cet article est une compilation des plus belles tentatives de nous extorquer un peu de l’argent si durement gagné. Spoiler: J’ai bien fini par payer un service imaginaire. Re-spoiler: c’était une obligation légale…

Garde meuble entre particuliers
1/ Le faux enregistrement au registre du commerce et de l’industrie

Coût : 255,95€

035356

L’argument qui tue pour ferrer le pigeon : “Attention certains organismes vous proposeront l’adhésion à des registres factices à caractère obligatoire.” Me voilà rassuré !

Ce qu’il faut faire en vrai : s’immatriculer sur Infogreffe

2/ Le faux enregistrement pour la TVA intracommunautaire :

Coût : 426€

L’argument qui tue pour ferrer le pigeon : Le “Europe Unlimited Registry” a une belle adresse : 6 Rond-Point Robert Schuman, Quartier européen, Bruxelles

Ce qu’il faut faire en vrai : Télédéclarer la TVA sur www.impots.gouv.fr. Le courrier qui vous demande le faire est bien plus complet que ce faux.

3/ Le faux enregistrement de nom de domaine

Coût : pas indiqué (et je ne leur ai pas demandé)

L’argument qui tue pour ferrer le pigeon : « We are the department of Asian Domain Registration Service in China (…) a company which self-styled « HDX Int’l Ltd » were applying to register « costockage » as their Brand Name and some domain names through our firm (…) so we need to check with you whether your company has authorised…”

En d’autres termes, on est les gentils, on veut vous éviter de vous faire voler votre nom, mais pour ça on a besoin de votre numéro de CB.

Ce qu’il faut faire en vrai : acheter les noms de domaine que vous voulez garder pour vous sur un Registrar comme Gandi ou OVH

Costockage.fr, premier garde-meuble entre particuliers!

Assurance comprise! 

4/ Le faux enregistrement de brevets et marques

Coût : 487€ (virement à effectuer vers une banque à Bratislava)

L’argument qui tue pour ferrer le pigeon : “Nous vous prions de bien vouloir prendre en considération qu’il s’agit d’un enregistrement privé qui n’est pas du tout lié à la publication des enregistrements officiels et qui n’est pas du tout un enregistrement par organisme gouvernemental”

Ce qu’il faut faire en vrai : vérifier sur le site de l’INPI que sa marque est disponible et faire la démarche en ligne.

5/ Le faux grimoir (?!?)

L’argument qui tue pour ferrer le pigeon : A part le choix de leur logo, je ne vois pas.

Ce qu’il faut faire : rire

6/ L’annonce légale

C’est à peu près inutile, mais en ces temps difficiles pour la presse papier, certains ont trouvé une niche en s’appuyant sur l’obligation légale de la publication (de préférence dans un journal que personne ne lit) d’une annonce lors de la constitution d’une société.

 

Coût : entre 79 et 288€. Ca parait beaucoup pour une société qui n’a pas encore gagné un sous et pour une annonce publiée dans l’Agriculteur Charentais, mais c’est la loi.

L’argument qui tue: pour ce prix là on vous envoit 2 exemplaires gratuits du-dit journal. Ils feront très bien dans un carton stocké à la cave.

Ce qu’il faut faire :

– Télécharger la liste des journaux

– Les appeler tous pour voir lequel est le moins cher

– Ou: n’en appeler qu’un parce que j’ai déjà fait le travail pour vous. Le moins cher c’est Les Petites Affiches. Enfin, après négociation. Par contre ne dîtes pas aux autres journaux que vous avez réussi à négocier, il paraît que le tarif est fixé par la préfecture…

Chacun son tour de se faire avoir !

Bonne chance !

 

L’App du mois de Janvier : I-Cartons

L’App du mois de Janvier : I-Cartons

Pour cette nouvelle année, nous avons la joie de vous faire part de la naissance d’une nouvelle rubrique du Blog de Costockage : l’App du mois.

Désormais, l’équipe de Costockage vous présentera régulièrement une app qui vous facilitera la vie.

Pour cette première édition, on a choisi i-Cartons.

Qezaco?

i-Cartons est une app disponible sur l’App Store qui permet de saisir la destination et le contenu de vos cartons de déménagement ou de stockage grâce à des listes prédéfinies sur l’app en fonction des pièces (cuisine, chambre, salle de bain…). Vous pouvez renseigner tout ce que vous mettez dedans.

icartons-12-2-s-386x470

L’app vous permet de donner un numéro à chaque carton et de référencer chaque objet que vous rangez dans ce carton. Grâce à la recherche intégrée à l’app, vous pouvez retrouver très facilement dans quel carton se trouvent vos chaussons chéris.

Enfin, vous pouvez sauvegarder, envoyer par mail et imprimer les listes de chaque carton afin de les coller dessus et de savoir ou les déposer lors du déménagement.

icartons

Les moins:

Le design un peu triste de l’app. L’App est claire et facile d’utilisation mais un tutoriel quand on la télécharge serait le bienvenu afin de guider l’utilisateur.

Les plus:

C’est malin, pratique et gratuit. Plutôt que de tout noter sur des feuilles en papier que vous allez perdre, abîmer et égarer, tout est sauvegardé dans vos mails. La fonctionnalité photo vous permet de prendre en photo le contenu du carton si la description n’est pas assez précise.

 

Critère

Note

Utilité

5/5

Facilité d’utilisation

4/5

Prix

5/5

Design

1/5

Note Costockage

15/20

Histoire de la Consommation Collaborative

Histoire de la Consommation Collaborative

Sur le blog de Costockage, on vous parle souvent de Consommation Collaborative, de Sharing Economy, de #Consocollab ou autres #CollCons, et il nous a semblé qu’il serait pédagogue de faire un petit point historique sur ces termes de start-up(hipst)er qu’on utilise beaucoup.

Voila une petite chronologie de la Consommation Collaborative :

– 200 000 avant J-C.

Gruntd et Krobak, nos ancètres prognates troquaient des peaux de mammouth au paléolithique supérieur, il s’agissait, déjà, de sharing economy (lol). L’économie du partage est donc aussi vieille que le prêt, le troc et tous les échanges que pratiquaient nos ancêtres qui chassaient le gnou au lance pierre.

– 1990

En France, on assiste à l’émergence des Systèmes d’Échanges Locaux, qui sont des réseaux physiques d’échange et de vente de biens et services entre particuliers dans une zone géographique donnée. Limités à une échelle locale, ces système d’échanges ne connaissent pas l’essor escompté. On commence à réaliser qu’il serait super d’utiliser ce nouveau truc à la mode, Internet, pour faire des échanges de particulier à particulier, à grande échelle.

– 1995

eBay est créé. La consommation collaborative est née. Elle attendait, pour voir le jour, une plate-forme qui permet de savoir avec qui on fait affaire, d’être assuré en cas de problème et où un grand nombre d’internautes se rencontrent pour échanger.

– 1999

Un étudiant parti en Islande sans avoir prévu d’hébergement envoie un mail à 1,500 étudiants islandais pour trouver un canapé ou dormir pendant son séjour. Il reçoit 100 réponses : le couchsurfing est né. Avec ce mouvement, Les systèmes de réputation et notation des utilisateurs se développent largement.

– 2000

ZipCar, premier site de partage de voitures entre particuliers apparaît à Boston. Avec la naissance du Couchsurfing un an plus tôt, on assiste à la naissance des styles de vie collaboratifs, où les utilisateurs partagent les ressources dont ils disposent. Tout ce qui commence par “co”, en est un : Coworking, Colunching, Couchsurfing, Cohébergement et bien sur Costockage !

– 2004

Naissance de Covoiturage.fr, qui devient vite le premier site de “ridesharing” français. Des personnes qui font un trajet proposent aux internautes les places restées vides dans leurs voitures.

– 2008

Une grave crise économique frappe les États-Unis et l’Europe. Les consommateurs ont de moins en moins confiance dans le système bancaire et les grandes entreprises. La crise donne un second grand souffle à la consommation collaborative car elle pousse les gens à utiliser les ressources de manière optimale, et à les monétiser lorsqu’elles sont inutilisées.

Airbnb, site de location d’hébergement chez l’habitant, naît et connaît un essor rapide dans le monde entier.

TaskRabbit est créé aux États-Unis, il s’agit d’une plate-forme où chacun peut proposer ses services moyennant rémunération. (En France il y a Youpijob, on vous en a déjà parlé.)

– 2011

Vu le succès rencontré par les sites internet de l’économie collaborative, les investisseurs s’emparent du dossier. On assiste à des records d’audience et de levées de fonds dans le secteur.

Wimdu, clone de Airbnb lève 90 millions de dollars auprès d’investisseurs, Craigslist a enregistré sa 50 millionième visite aux États-Unis seulement.

– 2013

Costockage.fr voit le jour, il s’agit du tout premier site de partage d’espace de stockage entre particuliers en France. Plutôt que de traverser les ville pour déposer ses cartons dans un garde-meuble, on peut désormais les stocker, à moindre coût chez un voisin.

– 15 novembre 2013

Un sondage TNS Sofres révèle que près de la moitié des français (48%) pratiquent la consommation collaborative régulièrement. La consommation collaborative n’est plus uniquement l’apanage de nos voisins d’outre Atlantique, elle explose dans l’hexagone aussi.

Sans vouloir être collaboratifs à tout prix, on aimerait vraiment connaître votre point de vue :

Selon vous, jusqu’où ira la révolution collaborative ?

N’hésitez pas à nous poster vos réponses en commentaire de l’article, on publiera celle qui nous plaît le plus sur notre page Facebook.

Impôts et consommation collaborative : comment ne pas être un hors-la-loi ?

Impôts et consommation collaborative : comment ne pas être un hors-la-loi ?

Afin de vous faciliter la vie, nous vous proposons de vous éclairer sur les aspects juridiques (Qui peut louer ? Comment déclarer ses revenus ?) associés à la consommation collaborative. Aux Etats-Unis, laffaire Nigel Warren, hôte sur AirBnB à New-York condamné en mai 2013 à verser une amende de 2 400$ pour avoir « violé la loi hôtelière », a fait douter certains propriétaires d’espaces sur les différentes plateformes collaboratives (AirBnB, qui a payé l’avocat, a d’ailleurs gagné le procès en appel en septembre 2013). Rassurez-vous, chers lecteurs français : si vous respectez les quelques règles suivantes, vous ne risquerez absolument rien ! 

1. Ai-je le droit de louer un espace à un particulier?

La loi française est très claire sur ce point, et distingue deux catégories de loueurs d’espaces : ceux qui sont propriétaires de l’espace de stockage, et ceux qui en sont locataires.

       A. Si vous êtes propriétaire

Selon le Ministère du Logement :

« Si le logement est à la fois la résidence principale et la propriété de l’occupant, celui-ci peut louer son bien. Cette location peut s’exercer sans autorisation dans les communes visées à l’article L. 631-7 du CCH tant que la location est occasionnelle [ndlr : par exemple, vous ne pouvez pas transformer tout votre appartement en hôtel 365 jours par an] et que le logement reste la résidence principale du propriétaire. »

Vous l’aurez donc compris, si vous êtes propriétaire, personne ne viendra vous tirer dans les pattes si vous louez votre cave sur Costockage.fr ou votre logement sur AirBnB.

       B. Si vous êtes locataire…

…de votre logement mais que vous souhaitez toutefois tirer quelques revenus de votre appartement, vous le pouvez bien évidemment avec l’accord de votre propriétaire.

2. Dois-je déclarer mes revenus ?

Comme vous pouvez vous en douter, c’est une question rhétorique (pour les plus hésitants d’entre vous, la réponse est OUI). 

       A. Chez Costockage

Lorsque vous louez une partie de votre logement en tant qu’espace de stockage, cela s’apparente à une location non-meublée (que ce soit dans votre cave, votre grenier, votre chambre, votre salon, …). Vous devez déclarer ces revenus comme « revenus fonciers ». Cela vaut que vous louiez votre appartement en mode « Dépôt » (vous gardez la clef et pouvez accueillir les affaires de plusieurs locataires) ou en « Location » (vous donnez la clef – de votre cave par exemple – au locataire).

       B. Sur un site comme AirBnB

En revanche, si vous louez votre chambre ou appartement sur un site comme Airbnb (Sejourning, BedyCasa, Chambreàlouer, …), cela s’apparente à de la location meublée. Vous devez donc déclarer vos revenus comme « bénéfices industriels et commerciaux » – ou « BIC » pour les puristes. D’ailleurs, si ces revenus ne dépassent pas 760€ par an, vous bénéficiez d’une exonération d’impôts sur le revenu.

NB : si vous louez votre voiture sur une plateforme de location collaborative (Ouicar, Buzzcar, Drivy, …), vos revenus tomberont également dans cette seconde catégorie.

Si vous souhaitez obtenir des informations plus détaillées notamment sur les cas particuliers, nous vous recommandons la lecture de cette page d’aide dédiée à l’imposition sur les revenus locatifs. Vous pouvez également appeler le service dédié des impôts au 0810 467 687 (prix d’une communication locale depuis un fixe).

Costockage.fr, premier garde-meuble entre particuliers!

Assurance comprise! 

3. Du coup, c’est quoi la prochaine étape ?

Il ne vous reste plus qu’à vous rendre sur Costockage.fr, y déposer une annonce de location de box, garage, ou autre self-stockage, et rentabiliser vos espaces vides. En toute légalité Mesdames et Messieurs !

Quel est le lien entre DeLaMaison et Costockage ? La cave… à vins !

Quel est le lien entre DeLaMaison et Costockage ? La cave… à vins !

Article écrit par notre partenaire DeLaMaison.fr 

Ami internaute, convenons-en : les arcanes du web sont impénétrables. Après moult pérégrinations  webmatiques, ta curiosité naturelle t’a amené à croiser la route d’un site mystérieux : Costockage. Après t’être dûment renseigné, tu as compris qu’il s’agissait d’une solution de stockage entre particuliers. Tu vis dans un modeste appartement, tu collectionnes les Picsou Magazine depuis ton enfance, seulement ta chère et tendre ne partage que très modérément ta passion. Elle t’enjoint fortement à te défaire de ton précieux trésor ; or cela te fendrait l’âme… Certes, Costockage est tout indiqué pour trancher cet épineux problème – et de manière très économique qui plus est – mais pas seulement. Cette ingénieuse entreprise peut avoir bien d’autres utilités : une fois l’espace libéré, que dirais-tu de t’initier aux plaisirs de l’œnologie, par exemple… ?

Une cave à vin de vieillissement pour de sympathiques bacchanales

« Mais comment utiliser cet espace nouvellement libéré ? », te demandes-tu fébrilement. « Avec du vin ! », te répond ton for intérieur pas du tout fébrilement. Il est vrai que tu goûtes particulièrement ce divin nectar ; seulement, si ton intérieur contient à grande peine l’intégrale des Picsou Magazine, l’acquisition d’une cave à vin a toujours dû être repoussée aux calendes grecques. Aussi, c’est la larme à l’œil et le cœur lourd que tu assistes chaque année à la foire au vin dans le supermarché du coin. Maudite soit ton impuissance… Mais maintenant réjouis-toi ! Costockage t’as aidé à faire de la place chez toi et toi aussi dorénavant tu recevras tes hôtes triomphant en exhibant fièrement ta bouteille de Châteauneuf-du-Pape 1985 ! Ami, opte donc pour une cave à vin de vieillissement, et toi aussi, lors des dîners en ville, expose bien haut ton verre à la lumière tout en décrétant solennellement devant une assistance médusée par tant de science : « Celui-là, il a de la cuisse… ».

Ouvre grand les yeux et contemple ton futur, ami. Ce modèle contient 197 bouteilles ; soit 197 raisons de te réjouir…

205 bouteilles, en cas de grosse soif… ; ou, lors de soirées malencontreuses, lorsque par un vilain coup du sort, on taraude à sec.

Tu ne tiens pas à boire toutes tes économies ? 61 bouteilles judicieusement choisies devraient pouvoir faire l’affaire…

La cave de service, qu’est-ce c’est ?

Tu es dorénavant séduit par la cave à vin de vieillissement, mais cette dernière a un petit inconvénient : il te faudra attendre quelques mois, sinon quelques années, avant de t’initier aux plaisirs délicats de l’œnologie. Seulement, grande est ton impatience. En ce cas opte pour une cave de service, qui te permettra de conserver les bouteilles que tu destines à une consommation immédiate. Un rapide saut dans ta nouvelle cave fraîchement installée, et à toi les joies immédiates et les plaisirs enivrants de ce doux breuvage…

Tu vois, cher ami, ce n’est pas bien compliqué. Quand on fait de la place chez soi, on peut s’en faire des plaisirs… du moment que cela se fait avec modération.

C’est la rentrée, et je ne dois pas me moquer de mes camarades

C’est la rentrée, et je ne dois pas me moquer de mes camarades

Et voilà, c’est la rentrée. Alors que les étudiants spécialistes de la dernière minute courent de boutique en boutique pour dénicher les derniers agendas Daft Punk et quelques boites de cartouches Parker, d’autres ont déjà leur cartable rempli au pied de leur lit, à l’image d’Américains disciplinés et terrorisés une veille de débarquement. Il existe une troisième catégorie de personnes dans ce bas monde – les “plus étudiants”, dont je fais partie – qui, à chaque rentrée scolaire, regrettent ce temps béni où nos préoccupations les plus profondes consistaient à savoir si la fille la plus jolie du collège serait dans notre classe.

Récemment, mes parents ont dû déménager, me laissant avec des tonnes de cartons de souvenirs scolaires sur les bras, précieusement conservés et classés : mes photos de classe depuis la maternelle, mes cahiers d’écolier, une pile de vieux agendas, une flûte, et même une pochette « Punitions » – dont est extraite la photo suivante.

pochette punitions

Seulement voilà. J’habite à Paris. Et mon colocataire était contre l’idée de transformer notre salon en Musée de La Scolarité De La Fin Du XXè. Alors après une recherche rapide sur le site Costockage (pour lequel je travaille, si c’est pas merveilleux), je me mets d’accord avec Patrick qui loue un box de stockage à 400m de chez moi. Ironie du sort, il est prof de Français. Il sera le gardien de mes premières interros de maths.

Nos préoccupations ont changé, et la rentrée est désormais synonyme de recherche d’appartement, de déménagement, de paiement des impôts et d’installation du bureau de votre enfant dans sa nouvelle chambre. Cette année, vous aurez peut-être des problèmes de place. Vous devrez certainement avoir recours à des solutions de stockage. Et on aimerait que vous sachiez qu’on sera là pour vous aider.

Dans un an, j’irai récupérer ces précieuses affaires. Peut-être que je serai riche et que j’aurai une pièce en plus dans mon nouveau chez moi pour y ranger tout ça. Ou peut-être que je trouverai un nouveau hussard noir sur Costockage.

Bonne rentrée aux uns, bonne nostalgie aux autres.

Les 3 questions que les costockeurs locataires nous posent le plus

Les 3 questions que les costockeurs locataires nous posent le plus

Chers costockeurs, vous qui planifiez en ce moment votre déménagement, et êtes en train de réfléchir à l’endroit où stocker vos affaires de façon temporaire, ou pour plus longtemps.

“Mais pourquoi tu n’irais pas voir sur Costockage.fr ?” vous a dit votre copine Emilie. “Il paraît que c’est moins cher et très simple.” Mais Emilie vous a-t-elle donné les réponses aux 3 questions que nos futurs costockeurs se posent le plus? Et qu’ils nous posent par la même occasion?

1. Costockage ? Costockeur ? Cobox ? C’est co cette histoire ?!

Costockage met en relation des gens qui ont des pièces vides  avec d’autres qui ont les bras plein d’affaires à stocker. C’est ça costocker! Jusque là, tout le monde suit? Prenons un exemple : ces affaires d’hiver vous encombrent et vous préféreriez les savoir au chaud chez votre voisin que dans le froid d’une zone industrielle ? Pas de doute, un Costockeur sommeille en vous. En deux  clics, rejoignez notre communauté !

Sinon, laissez-moi vous présenter la Cobox, la petite dernière de la famille. C’est elle qui, grâce à notre Convertisseur, vous permettra de savoir, au moment de la réservation, si votre déménagement rentre dans la cave de votre costockeur hôte. Il s’agit tout simplement d’une unité de mesure de volume qui correspond à un carton standard (50 cm sur 35 cm sur 30 cm).

téléchargement

2. Pourquoi préférer Costockage à un garde-meuble ou self-stockage classique ?

Bon, là commence la section réclame. Mais comme on croît très fort que toutes ces raisons en sont d’excellentes pour costocker, on pense quand même que ça va vous intéresser :

Costockage, c’est d’abord le moyen de stocker près de chez soi, pas cher – en moyenne 50% de moins qu’en garde-meuble- tout en faisant gagner de l’argent à votre voisin.

C’est aussi super flexible : vous pouvez déposer vos affaires chez quelqu’un, ce qui vous permet de payer exactement en fonction de votre volume. Vous pouvez aussi louer un espace complet, pour avoir la clé. Et le tout pour toute durée à partir d’une semaine. Et vous avez la possibilité de prolonger ou d’interrompre la transaction. Elle est pas belle, la vie?

Mais la vie est encore plus belle quand ce système est sûr. Et c’est là qu’intervient l’assurance que Costockage a souscrit auprès d’Hiscox par l’intermédiaire d’Affiniteam (voir Conditions d’assurance), qui couvre vos biens et votre responsabilité . De plus, un contrat pré-rempli est fourni et vos transactions sont sécurisées. Ceinture et bretelle!

Enfin, Costockage, c’est plus durable : plus nous costockerons, moins nous construirons de grands immeubles en béton pour stocker nos affaires. Quand on y réfléchit, déjà 2500 m2 disponible en costockage, c’est 2 entrepôts (laids) qui ne seront pas bâtis!

3. Comment réserver si je ne connais pas la durée exacte de mon besoin?

On vous a mis une petite question un peu technique, mais que beaucoup de Costockeurs se posent. Donc voici la réponse :

Vous pouvez prolonger ou interrompre votre contrat avant la fin. Par conséquent, effectuez votre réservation tranquillement :

Pour prolonger :

  1. Vous bénéficiez par défaut du prolongement automatique du contrat. Quatre semaines avant la fin du contrat initial vous recevrez un email vous demandant si vous souhaitez effectivement mettre fin au contrat. Sans réponse de votre part (et de la part du propriétaire) votre contrat est automatiquement prolongé de quatre semaines supplémentaires.

  2. Vous pouvez prolonger la première réservation effectuée, pour plus ou moins longtemps. Pour ce faire, contactez-nous à support@costockage.fr. Comble du bonheur, le tarif sera encore un peu moins cher!

Pour interrompre avant la fin :

  1. En nous prévenant (support@costockage.fr) 2 semaines à l’avance, vous pouvez interrompre le contrat avant la fin.

  2. Ya pas de 2.

Bonus : les quatre petits plus du costockeur sympa (bon ok, c’est pas une question, mais on vous donne la réponse, ça vous aidera. Sisi!)

 

Bon, ça y est, vous êtes convaincus? Alors voici quelques recommandations pour que vos demandes soient acceptées par les loueurs!

  • Avant de contacter un loueur, prenez le temps de bien remplir votre profil, avec une bonne photo de vous et quelques lignes de présentation. Ces petites lignes apparaîtront dans chacune de vos demande de réservation.
  • Lorsque vous contactez un costockeur, dites lui ce que vous comptez costocker chez lui, c’est rassurant.
  • Arrivez à l’heure prévue pour le déménagement.
  • Dans le cas où vous auriez opté pour le dépôt, lors de vos visites, ne soyez pas trop intrusifs et ne dérangez pas trop l’espace.

Trouvez dès maintenant l’espace qui vous convient sur Costockage.fr