Étiquette : costockage

Comment louer son box quand on n’est pas dans une grande ville?

Comment louer son box quand on n’est pas dans une grande ville?

Vous vous demandez comment trouver des personnes intéressées pour louer votre cave, garage ou box de stockage.
Alors que Costockage s’est d’abord lancé dans la location de garde-meubles à Paris et en Ile-de-France, le réseau s’est depuis énormément étendu sur le reste du territoire français. On a donc pensé à vous qui habitez loin des grandes villes et souhaitez louer votre espace de stockage.

Stocker chez un particulier

Voilà les 5 conseils que j’ai à vous donner pour créer de l’émoi autour de votre annonce :

1) Chef-lieu

Toute petite ville se trouve près d’une grande, à peu de choses près. Cette vérité générale ayant été dite, vous avez vraiment une carte à jouer ici. Si votre cave est localisée dans une petite commune, insistez bien dans la description de votre annonce sur le nom de la grande ville qui se trouve près de votre garde-meuble ou grenier à louer. J’en profite ici pour rappeler qu’une bonne description est un véritable tremplin pour booster votre annonce sur notre site.

Par ailleurs, le site de Costockage est bien fait : plus petite est la ville dans laquelle est situé votre box de location, plus le rayon de recherche est étendu.

Pour vous donner un exemple, j’ai cherché sur Costockage un garde-meuble dans mon village ardéchois et l’échelle s’est magiquement fixée par défaut à un rayon de 50 kilomètres :

Ce qui signifie que les locataires potentiels de votre annonce peuvent venir d’une contrée située à plusieurs dizaines de kilomètres de chez vous, plutôt rassurant !

Fonctionnalité de recherche élargie
Le rayon de recherche sur le site Costockage

2) Votre box à louer près d’une voie rapide

Il existe un autre atout majeur pour créer une annonce idéale lorsque vous habitez loin d’une grande ville : mentionnez bien la proximité d’une voie rapide, autoroute ou départementale si c’est le cas.

Cela va vous paraître anodin mais c’est en fait une information qui importe beaucoup aux locataires potentiels de votre box.

3) Retour aux fondamentaux sur la description

Vous devriez bien mettre en avant les points forts de votre garde-meuble à louer, comme l’éclairage, la sécurité, l’accès par ascenseur, la possibilité de décharger devant la porte et tout cela ajouté à une fréquence de visite flexible si vous vous sentez d’humeur !

4) Le prix

La douce phrase “Les temps sont durs” qui hante notre fil d’actualités nous fait comprendre que le prix constitue le critère essentiel dans le choix d’un box à louer, que ce soit à Paris ou dans toute autre ville !

Lorsque vous créez une annonce sur notre site, nous vous proposons une fourchette de prix. Si vous hésitez entre deux montants, choisissez le plus bas des deux afin de faire une première location et ainsi remonter dans le classement. Vous pourrez toujours augmenter le prix par la suite si vous voulez.

5) Jouer la carte du dépaysement ?

On vous laisse la faire à l’instinct celle-là !

Bon courage !

Si vous souhaitez plus d’astuces pour bien louer votre espace de stockage, rendez-vous sur notre site dédié aux propriétaires, investir.costockage.fr.

 

Olivia au service des costockeurs

Comment déclarer les revenus générés sur Costockage.fr ?

Comment déclarer les revenus générés sur Costockage.fr ?

La location d’un espace chez Costockage n’échappe pas à la règle: lorsqu’on gagne de l’argent, il faut en reverser une petite partie aux impôts. Mais pas de panique, voici comment faire pour optimiser vos impôts et garder le maximum pour vous.

Nous avons fait appel à l’experte comptable Martine Chabert pour vous donner toutes les astuces concernant la fiscalité et le costockage.

 

Comment déclarer les revenus générés par Costockage ?

Toute location d’un espace de stockage par l’intermédiaire de Costockage.fr doit être déclarée en tant que “revenu foncier” car il s’agit d’une location non meublée si l’espace vide n’est pas équipé.

Trois régimes d’imposition de revenus fonciers peuvent concerner les Costockeurs :

 

Si vos revenus locatifs sont inférieurs ou égaux à 15000€

Vous êtes éligible au régime micro-foncier si vos revenus locatifs ne dépassent pas 15 000€ hors charges par an. Dans ce cas, vous profitez d’un abattement* forfaitaire de 30% de la part de l’administration fiscale une fois les revenus déclarés. Le solde est additionné aux autre revenus déclarés sur la déclaration n°2042. Le montant de votre imposition dépend bien évidemment de la tranche d’imposition à laquelle vous appartenez.

Petit cas pratique pour illustrer:

En 2014, Barnabé a gagné 2000€ en louant sa cave. Il n’a pas d’autre revenu locatif. Il est donc assujetti au régime micro-foncier.

  • Il porte directement le montant de son revenu brut sur la déclaration de l’ensemble de ses revenus.
  • L’administration fait un abattement de 30% (600€) et seulement 70% (1400€) des recettes de la location seront ajoutés à ses revenus imposables.

Sur le gain de 2000€, Barnabé ne payera donc des impôts que sur la base de 1400€, au taux d’imposition de la tranche qui s’applique à son foyer fiscal.

Louer mon espace sur Costockage

Si vos revenus locatifs sont supérieurs à 15000€

Vous êtes éligible au régime réel si vos revenus fonciers annuels sont supérieurs à 15 000€ hors charge ou les bailleurs bénéficiant d’un dispositif de défiscalisation. Ce régime s’applique également à toute personne ayant opté volontairement pour le régime réel d’imposition pour une durée irrévocable de 3 ans. Dans ce cas, lors de la déclaration de vos loyers, vous devrez déduire vos charges pour leur montant réel.

Petit cas pratique pour illustrer :

En 2014, Georges a gagné 2000€ en louant sa cave. Il a d’autres revenu locatifs qui font que ses revenus fonciers annuels sont supérieurs à 15 000€ hors charges. Il est donc assujetti au régime réel.

  • Il déclare ses revenus net fonciers sur une déclaration spécifique (n°2044) annexée à la déclaration d’ensemble des revenus. Il doit déclarer l’ensemble de ses revenus liées à la location de sa cave.
  • Il peut cependant déduire ses frais et dépenses selon une liste très précise définie par les instructions fiscales (par exemple : taxes foncières, intérêts d’emprunts sur le bien, dépenses de réparation et d’entretien ayant pour objet de maintenir ou remettre l’immeuble en bon état, provisions pour charges de copropriété etc).

 

Le cas particulier des bénéfices industriels et commerciaux :

Vous êtes éligibles aux régimes BIC (bénéfices industriels et commerciaux), si vos bénéfices proviennent de l’exercice habituel d’une activité commerciale, industrielle ou artisanale à titre individuel ou dans le cadre d’une société soumise à l’impôt sur le revenu. Il existe deux types de régimes BIC : le micro-bic et le régime réel BIC.

  • Le micro-bic est un régime forfaitaire qui s’applique aux loueurs en meublé dont les recettes annuelles (loyer+charge) ne dépassent pas 32 900 €. Un abattement de 50% est appliqué sur les recettes annuelles des locations de ce dernier. Le montant de l’impôt dépendra ensuite des autres revenus et de la tranche d’imposition concerné.
  • Le régime réel d’imposition s’applique aux loueurs dont les recettes annuelles dépassent 32 900€. Dans ce cas-là, les loyers doivent être déclarés et il faut déduire les charges pour leur montant réel. Certains optent pour le régimes réels même avec des recettes annuelles inférieures à 32 900€ lorsque leurs frais et charges déductibles sont supérieurs à 50% des recettes.

Petit cas pour illustrer :

Mr Mastock loue des locaux en meublé ou appartenant à une entreprise assujettie au régime micro-bic car ses revenus issus d’une activité commerciale ne dépassent pas 32 900€/an.

  • Il  doit déclarer la totalité des recettes perçues par la location de sa cave.
  • Une fois la totalité de ses recettes déclarées, il percevra un abattement fiscal de 50% sur ses revenus déclarés.

Georges est assujetti au régime réel BIC car ses revenus issus d’une activité commerciale dépassent 32 900€/an.

  • Il doit déclarer l’ensemble de ses revenus
  • Les charges sont déduites pour leur montant réel.   

 

 

Vous l’avez compris: tout revenu généré sur une plateforme de consommation collaborative doit être déclaré. Cependant, depuis septembre 2015, le Parlement planche sur un nouveau cadre de fiscalité pour ce type de revenus. Parmi les propositions : la mise en place d’un système de déclaration automatique des revenus ou encore l’instauration d’une franchise de 5 000€ / an. Les revenus inférieurs à ce montant seraient exonérées d’impôt… une bonne nouvelle pour les Costockeurs ! Attention, en attendant le vote de la loi, les dispositions expliquées plus haut restent en vigueur…

 

* L’abattement fiscal: réduction légale de la base d’imposition, c’est-à-dire de l’ensemble des revenus retenus par l’administration fiscale pour calculer le montant de l’impôt.

Costockage lance son premier jeu concours

Costockage lance son premier jeu concours

Très chers lecteurs, nous vous invitons aujourd’hui à participer au Jeu Concours orchestré par notre accélérateur de startup : Butagaz. Nous vous l’avions annoncé, nous faisons partie de la promotion 2014 de Zagatub.fr.  Zagatub lance officiellement sa communauté de beta-testeurs pour les start-ups : le Garage de Bob !  « Devenez testeurs de confort », c’est la promesse du Garage de Bob à tous ceux du grand public français qui veulent participer à l’aventure.

Zagatub.fr , quézaco ?

Zagatub.fr est une nouvelle plateforme en ligne qui vous permet de découvrir des produits et services originaux dédiés au confort de la famille, et de bénéficier d’offres en exclusivité. Créée par Butagaz, la marque de gaz la plus connue en France et experte du bien-être à la maison, Zagatub.fr a l’ambition de mettre le confort intelligent à la portée de tous.

Jeu concours : comment jouer ?

Vous voulez nous aider à améliorer notre service de garde-meubles entre particuliers ? Grâce au jeu concours lancé sur le Garage de Bob, c’est possible. Nous vous invitons à tester notre service et à donner vos feedbacks sur de nombreux aspects de notre plateforme de consommation collaborative : la communauté, les espaces, la confiance et le système de parrainage.

Pour tester le service, nous vous proposons une manière ludique de le découvrir :

– Créez un compte sur Costockage

– Postez une annonce fictive et absurde d’un espace à louer dans la ville de Costock au Royaume-Uni. Faites appel à votre imagination : par exemple, la location de l’espace disponible sous le capot de votre piano à queue ou encore dans l’ancien poêle à charbon.

costock ville costockage
Le repère de costockages farfelus.

– Une fois votre annonce créée, faites des recherches pour trouver un espace à Costock et votez pour l’annonce que vous trouvez la plus drôle en contactant le propriétaire (bouton vert).

– De même, testez notre service de parrainage sur https://www.costockage.fr/referral

Quelles sont les récompenses à remporter ?

Pour vous récompenser de vos remarques qui nous serviront à améliorer notre service, de nombreuses récompenses sont à gagner ! On vous offre un déjeuner avec notre équipe qui compose la startup à Paris, des T-shirts confortables de costockeurs ainsi que des codes promos à utiliser sur notre site.

Combien de temps dure le jeu concours?

Vous avez 2 mois pour réfléchir et donner vos feedbacks sur les différentes fonctionnalités du garde-meuble entre particuliers. Le jeu concours a débuté mi-novembre et prendra fin mi janvier. Voilà de quoi vous occuper pendant vos congès de noël 😉

Allez, c’est parti !

Vous souhaitez contribuer au développement du garde-meuble de demain ? Donnez votre avis en quelques clics, c’est par ici.

Un grand merci à tous pour votre participation de la part de toute l’équipe de costockage.fr

 

L’espace est précieux, partageons-le !

Costockage et sous-location, un point sur la législation.

Costockage et sous-location, un point sur la législation.

Nous accueillons aujourd’hui Arnaud Bucaille, fondateur du site E-sublet.fr pour bénéficier de son expertise juridique sur la sous-location. E-sublet est un site spécialisé dans les annonces de sous-location qui s’inscrit lui aussi dans le paysage de la consommation collaborative. Beaucoup de préjugés entourent ces pratiques, nous avons donc saisi l’occasion pour faire un point juridique et s’intéresser plus particulièrement au cas de costockage.

La sous-location, est-ce vraiment une pratique légale ?

Effectivement, la sous-location est tout à fait légale. Sachez qu’un sous-locataire peut même bénéficier des APL. Pour sous-louer son appartement de manière totalement transparente, il vous suffit d’obtenir l’accord écrit de votre propriétaire et ne pas sous-louer plus cher que vous ne louez.

Vous pouvez proposer à la sous-location tout ou une partie de votre logement. Dans les grandes villes, il n’est pas rare de voir des sous-locations de parking ou même de grenier pour du costockage (^^).

Sous-louer pour stocker, est-ce différent de sous-louer pour loger ?

Dans la démarche administrative, il n’y a aucune différence. Vous sous-louez et à ce titre vous avez besoin de l’accord de votre propriétaire. Par contre dans la pratique, cela sera beaucoup plus simple d’obtenir l’accord de votre propriétaire pour un stockage en sous-location que pour l’accueil d’un sous-locataire.

Dans le cas où la personne qui vient déposer ses affaires ne possède pas la clé (ce qu’on appelle le « dépôt » chez Costockage, ndlr) il ne s’agit même pas de sous-location. Vous ne faîtes que stocker et rendre un service, la personne n’a accès au lieu que par votre intermédiaire et le stockage ne peut être assimilé à de la sous-location. Dans ce cas, vous n’aurez pas besoin de l’accord de votre propriétaire Il vous suffira de vous mettre d’accord par contrat avec le déposant. Attention cependant, votre assurance habitation ne couvre pas le dépôt rémunéré (c’est pour cette raison que Costockage inclut une assurance spécifique dans toutes les transactions, ndlr).

NB : pour plus d’informations, notamment sur la fiscalité liée à ces pratiques, nous vous renvoyons à cet article.

Comment cela se passe-t-il lorsque la pièce est hors du domicile ? (garage ou box par exemple)

Dans ce cas, il s’agit d’une sous-location partielle. Vous pouvez laisser l’accès à un garage pour le stockage d’un véhicule ou un box de stockage pour vos meubles en précisant à votre propriétaire que la sous-location ne concerne que cet espace. Encore une fois, il est vraiment aisé d’obtenir l’accord de votre propriétaire dans ce type de cas. Celui-ci comprendra tout à fait que vous utilisiez l’espace inoccupé et ne s’inquiétera pas des dégâts. Comme je l’expliquais, beaucoup de personnes sous-louent leur garage et parfois pour plusieurs centaines d’euros dans les grandes villes. C’est une pratique très répandue et bien acceptée par les propriétaires.

Pour en savoir plus sur la législation qui entoure la sous-location, je vous invite à visiter E-sublet.fr et vous attarder sur notre blog. Nous y éclaircissons pour vous tous les points qui concernent entre autres, les APL, la taxe d’habitation et autres sujets d’interrogations.

Vous souhaitez une location immobilière dans le Vaucluse ? Faites confiance au site lesclesdumidi-vaucluse.com !

 

Lettre ouverte aux entrepreneurs de la consommation collaborative (Lemonde.fr)

Lettre ouverte aux entrepreneurs de la consommation collaborative (Lemonde.fr)

Le 17 septembre dernier paraissait le rapport de la commission des finances du Sénat visant à encadrer la fiscalité des plateformes de consommation collaborative. Certains utilisateurs bénéficient de petits compléments de revenus alors que d’autres en ont fait un métier à temps plein.

Le Sénat planche sur une simplification de la fiscalité visant à exonérer d’impôts les revenus inférieurs à 5000 € et à installer un système de déclaration automatique des revenus. 

Un projet loin de décevoir Adam Levy-Zauberman, co-fondateur de Costockage.fr. Découvrez sa réaction parue dans Le Monde le 29 septembre 2015.

« Ubérisation » de l’économie : devenons le laboratoire d’une fiscalité pragmatique !

Je suis un phobique administratif [le fondateur de Costockage.fr, start-up collaborative spécialisée dans le stockage, fait écho à la « phobie administrative » évoquée en 2014 par le député PS Thomas Thévenoud pour expliquer ses impayés divers]. Je ne veux surtout pas dire par là que je n’aime pas payer mes impôts ; je veux dire par là que je n’aime pas avoir à calculer leur montant, à remplir laborieusement un formulaire, à le glisser dans une enveloppe, à y coller un timbre et à trouver une boîte aux lettres pour poster le tout.

En tant qu’entrepreneurs, face à la lourdeur des démarches administratives qu’on vous impose, vous souffrez probablement de la même phobie. Pire encore, puisqu’il s’agit de consommation collaborative, nos entreprises permettent à tout un chacun de devenir à son tour un mini-entrepreneur.

Une armée de phobiques administratifs, donc.

Car avec l’essor de la consommation collaborative, chacun devient le chef de sa propre mini-entreprise. Chacun peut vendre des services (un voyage sur Blablacar.fr), des biens (un canapé d’occasion sur LeBonCoin.fr), ou devenir loueur (de l’espace pour du stockage sur Costockage.fr).

Garde meuble entre particuliers

 

Le rapport de la commission des finances du Sénat sur l’économie collaborative publié le 17 septembre le dit très bien : « Dans un contexte où le salariat est de moins en moins la norme et où le travail indépendant progresse (…), il devient nécessaire de repenser globalement le statut de ces travailleurs de l’économie collaborative. (…) À terme, la question du passage à un modèle où les obligations contributives et la protection sociale ne sont plus attachées au statut (salarié etc.) mais à l’individu se posera ».

En bons phobiques administratifs

Le rapport fait un constat évident : les revenus de la consommation collaborative, pourtant imposables au titre de l’impôt sur le revenu, ne sont que très marginalement déclarés. Loin de condamner les plateformes et leurs utilisateurs, les auteurs s’en prennent au retard du système fiscal. En effet, celui-ci n’est pas prévu pour faciliter la déclaration de multiples petits flux de revenus. Et devant la complexité, en bons phobiques administratifs, beaucoup abandonnent.

La commission des finances fait ici preuve d’une vision lucide et étonnamment pragmatique. Partant du principe que les transactions sur internet sont entièrement numérisées, elle propose une déclaration des revenus à la source transmise par les plateformes. Rien de bien compliqué, puisqu’elles disposent des données. Un problème néanmoins : les sites de petites annonces à faible valeur ajoutée ne proposant pas de paiement en ligne, comme LeBonCoin, resteraient dans une zone d’ombre ou le black prospère.

Pragmatique encore, le rapport prévoit une franchise de 5 000 euros en deçà desquels l’utilisateur sera exempté d’impôt. Une façon de prendre en compte les charges supportées par l’utilisateur dans le cadre de son « entreprise » collaborative. La commission confirme ici sa vision du particulier comme un agent économique qui, au même titre qu’une entreprise classique, peut déduire les charges de son revenu pour n’être imposé que sur son bénéfice.

Le pragmatisme, justement, est une des valeurs fondamentales de l’économie collaborative : nous tentons d’apporter une solution pragmatique à une utilisation non-optimale des ressources. Pourquoi ne pas mutualiser la place dans ma voiture plutôt que de voyager à vide ? Pourquoi ne pas utiliser l’espace inutilisé dans mon quartier pour y déposer mes cartons plutôt que de les déménager, loin, dans un garde-meuble hors de prix ?

Une chance à saisir

Nos plateformes tentent chaque jour de rendre plus efficient l’accès à ces services : plus aisé, rapide et transparent. Fini les demandes de devis, les souscriptions à une assurance, les états des lieux, etc. Tout cela est désormais numérisé et automatique.

Rendre le recouvrement de l’impôt plus efficient, c’est exactement le but recherché par ce rapport, et il faut l’applaudir.

Voyez un peu : pour une fois la proposition cherche à simplifier. Sans ajouter la moindre démarche supplémentaire pour l’utilisateur, sans créer de nouvel impôt et en conservant pas mal de souplesse grâce à la franchise.

Le rapport va jusqu’à réaffirmer le rôle, cher à nos plateformes, de « tiers de confiance ». Cette fois non plus dans les garanties de paiement ou de sécurité apportées, mais dans la collecte de l’impôt. Il cherche même à établir un système suffisamment inclusif pour ne pas « figer les business models de l’économie collaborative dans le marbre d’une instruction fiscale » et favoriser ainsi « l’émergence d’éventuels champions français ».

Il faut se réjouir de tant de bienveillance de la part du législateur, et il faut que nous, entrepreneurs de la consommation collaborative, saisissions cette chance : nous pouvons devenirs les fers de lance de la modernisation fiscale. Les start-up de la consommation collaborative peuvent devenir le laboratoire d’une fiscalité qui n’entrave pas et qui, parce qu’elle s’appuie sur des outils technologiques qui nous sont familiers, simplifie la vie de nos utilisateurs. N’est-ce pas notre raison d’être ?

 

Et vous, quel est votre avis sur ce Rapport du Sénat visant à taxer l’économie collaborative ?

 

10 astuces pour chasser les fantômes qui hantent votre cave

10 astuces pour chasser les fantômes qui hantent votre cave

 

Aujourd’hui, Agathe a décidé de rentabiliser sa cave. Son annonce sur Costockage est publiée, elle est prête. Il ne lui reste plus qu’à nettoyer sa cave pour pouvoir accueillir un costockeur. Elle y descend donc pour faire un peu de ménage. Et là, malheur. Agathe réalise que sa cave est habitée par des fantômes, qui n’ont evidemment pas envie de la partager avec des cartons.

Voilà donc pourquoi l’équipe de Costbusters (vous avez compris le jeu de mot ?) lui vient en aide, et répond à la question : que faire pour débarrasser ma cave des fantômes qui y habitent ?

Louer ma cave hantée

  1. Ne paniquez pas : les fantômes sont des êtres gentils. Si vous en croisez un, parlez-lui comme à votre chat, avec une voix neutre. Soyez pédagogue. Demandez-lui gentiment de s’en aller.
  2. S’il ne veut pas partir, ouvrez les fenêtres !! Ah non… vous n’en avez pas, vous êtes dans une cave. Donc, ouvrez vos soupiraux ! Peut-être que le courant d’air le fera déguerpir…
  3. Faites appel au VMC tout puissant qui vous sert à déshumidifier votre cave. Ce dernier congèlera l’être hanté et assainira l’air de votre cave.
  4. Sautez trente fois sur vous-même en récitant “Le pouvoir des trois nous libèrera
  5. Appelez un ghostbuster professionnel mais attention aux escrocs, certains sont souvent des religieux défroqués ou marginaux… (on vous conseille plutôt de faire confiance à l’équipe des costbusters)
  6. Suivez les bons conseils du professeur Serigne Samba Ndiaye, enseignant chercheur phytothérapeute : mettez un verre de jus de citron dans un seau d’eau et récitez : 1 fatiha, 7 koursiyou, 7 law anzalnaa, 7 Alam nachrakh, 7 khoul yaa ayoukhal, 7 Ikhlaç, 7 falaqi, 7 Nassi ; Puis, asperger le lieu avec ce liquide et les mauvais esprits qui s’y trouvent le quitteront sur le champ.
  7. Quittez le navire. La cave.
  8. Si le fantôme est docile et qu’il décide de partir, offrez lui le code promo COHALLOWEEN* à utiliser sur costockage.fr pour qu’il puisse aller squatter une autre cave …
  9. Si par malheur vous tombez sur un fantôme méchant, mangez-le
  10.  Si vous n’y arrivez pas appeler immédiatement l’équipe de Costbuster (cette fois-ci, vous l’avez compris ?) Notre service client trouvera une solution quoi qu’il arrive.

 

*code promo de 20€ dès 200€ euros d’achat valable jusqu’au 15/11/15.

J’ai reçu une demande : Comment répondre aux messages de costockeurs intéressés par mon espace ?

J’ai reçu une demande : Comment répondre aux messages de costockeurs intéressés par mon espace ?

J’ai bien suivi les conseils de Jérémy (quel prix pour mon annonce, mon annonce en photos, comment décrire mon espace) pour mettre en avant mon espace sur Costockage. Maintenant que de nombreux costockeurs me contactent, que faire ?

Comment répondre à un message privé sur le site ?

Sur Costockage, les locataires vont souvent  prendre contact avec vous afin d’en savoir plus sur l’espace que vous proposez. Il est important de bien leur répondre. Voici quelques idées des sujets que vous pourrez aborder avec le locataire potentiel :

  • Confirmer au locataire la disponibilité de votre espace (“oui mon espace est disponible pour la période demandée” ou “désolé mais mon espace est déjà occupé, je vais mettre à jour mon calendrier”.
  • Vous avez le droit de demander au locataire ce qu’il compte stocker dans votre local (quel type d’objets).
  • Répondez en étant le plus précis possible sur les questions concernant l’accessibilité de votre espace  (la hauteur et la largeur de la porte du local, possibilité de décharger directement ses affaires depuis l’arrière d’un véhicule).

Louer mon espace sur Costockage

Pour rappel : pour vous simplifier la vie, la procédure se fait intégralement en ligne et les coordonnées ne peuvent être échangées que lorsque la réservation est acceptée.

Voici ci-dessous un exemple de message en réponse à une demande :

Message demande costockage
Message costockage
TOP 5 : Les espaces de stockage les plus insolites

TOP 5 : Les espaces de stockage les plus insolites

Le costockage attire de plus en plus de propriétaires souhaitant louer leurs espaces vides. Comme vous le savez, nous fournissons une assurance couvrant tout type d’espace et certains en profitent pour rentabiliser des espaces sortant de l’ordinaire ! Nous avons relevé les espaces les plus insolites parmi nos 150 000m3 d’espace de stockage disponible et établi la liste inédite des endroits les plus insolites.

 

Quels sont les espaces de stockage les plus insolites qui sont proposés sur la plateforme ?

LE TOP 5 :

Vos cartons peuvent partir en séjour « équitation » dans une ancienne écurie. François propose plus de 200m3 au nord de Paris divisés en plusieurs box clos. Chaque costockeur peut y louer son box à cheval, un endroit parfait pour stocker ses meubles car les espaces présentent des conditions idéales : prix très avantageux et un accès facile.

François explique:

«Je suis propriétaire d’une ancienne écurie au Nord de Paris, et le stockage me rapporte plus que d’accueillir des chevaux en raison des frais d’eau et d’électricité qui sont trop importants. Je dédie 20 boxes à mon amour pour les chevaux et les 20 boxes restants sont devenus des espaces de costockage. Le costockage m’a déjà rapporté près de 3 000 €. Ce sont des espaces très propres et bien moins chers qu’un garde-meuble, les locataires sont contents !”

box à cheval pour stockage
Box à cheval devenu box de stockage.

Vos vieux meubles ont sûrement besoin de se ressourcer à la montagne ? A Entrecasteaux dans le Var, Manuelle a construit un petit chalet dans son jardin destiné à du stockage : 10m2 en très bon état et totalement isolé !

chalet sur costockage
Un petit chalet pour vos cartons.

Visite guidée et stockage privilégié pour vos meubles dans les anciennes caves ayant appartenu au fondateur des Vins Nicolas ! Au cœur du 10ème arrondissement de Paris, Sylvain permet aux costockeurs de partager ses grandes caves voûtées. En prime, les espaces sont organisés sur-mesure selon le besoin en volume des locataires.

cave à vin pur stockage
Cave à vin au coeur de Paris.

Proposer mon espace sur Costockage

Qui dit mieux ? Stockez vos affaires dans le salon de vos voisins ! Quand certains particuliers ont entendu que tout espace inutilisé pouvait être rentabilisé, ils ont sauté sur l’occasion et mis en location des petits espaces au sein même de leur logement. L’avantage ici est la garde rapprochée des affaires par Fabien lui-même !

stocker sur un étagère
L’étagère garde-meuble.

Vos meubles aussi rêvent de se détendre au bord de la piscine…Dans les Yvelines, Philippe met en location une pièce à vivre au sein de sa belle maison en pierres avec de grandes baies vitrées donnant sur la piscine et le jardin. Vos meubles peuvent profiter de la chaleur de la maison et d’une vue plutôt agréable.

costockage dans un pool house
Là où les cartons ont vue sur la piscine.

Qu’attendez vous pour proposer de l’espace sur Costockage.fr ?

Quel est le juste prix pour rentabiliser rapidement ma cave ou mon box ?

Quel est le juste prix pour rentabiliser rapidement ma cave ou mon box ?

Le “juste prix” est une question très importante, à laquelle il faut répondre prudemment. Un prix trop élevé aura tendance à faire fuir les costockeurs à la recherche d’un espace. Au contraire un espace proposant un prix trop bas sera perçu comme peu fiable, de mauvaise qualité. Il est donc important pour vous de proposer un prix optimal pour louer votre cave sur Costockage.

Quel prix fixer ?

Quand je fixe mon prix, je dois me mettre à la place du locataire, pour qui Costockage.fr est le spécialiste du stockage économique et de proximité.

On constate que sur le marché du costockage les espaces les plus rentables sont les petites surfaces (moins de 7 ou 8m2) en location. Un particulier à la recherche d’un local de stockage dépense en moyenne 80€/mois. Le prix peut varier en fonction de la situation géographique de l’espace.

A Paris, une cave (facile d’accès) ou un box de 5m2 peut se louer autour de 100€/mois. En revanche, en zone rurale, ou pour une ville moyenne, le prix sera compris entre 40 et 80€ pour le même type d’espace.

Débarras en location
Débarras en location

Cette personne a un espace de 64m3. Il lui sera très difficile de le louer en intégralité (415 euro / semaine, soit 1660 euro / mois ) car peu de monde a besoin d’un tel volume.

Louer mon espace sur Costockage

En optant pour le mode de “dépôt” par contre, il lui serait possible de louer sa cave à plusieurs personnes en même temps et de le rentabiliser rapidement.   Pour les espaces de plus de 30m3 (entrepôts, ateliers, grandes caves ou boxes), Costockage vous conseille de mettre votre espace en “dépôt” : Il est partagé entre plusieurs locataires et vous fixez des RDV à la fréquence qui vous arrange. Pour ce type d’espace, le prix est en fonction du volume (en €/m3/mois), de façon à maximiser votre taux d’occupation et votre rendement.

garage en dépot
garage en dépot

 

Entrepot en dépot
entrepot en dépot

Ici, le mode de location choisi est le plus intéressant, mais compte tenu du prix, ce Costockeur risque de ne pas avoir beaucoup de demandes. En effet, 14€/m3/mois c’est très élevé pour une ville comme Dijon. L’annonce du dessus par contre propose un tarif compétitif pour la région avec 3,9€/m3/mois.

A savoir

Les gardes meubles professionnels, situés en périphérie des grandes villes, proposent un prix entre 8 et 15€/m3/mois. Pour rester attractif il est donc recommandé, pour un espace situé en centre ville, de ne pas dépasser 8€/m3/mois, et 6€ en banlieue parisienne ou dans une ville moyenne. Dans tous les cas, nous vous conseillons de comparer les prix des annonces déjà présentes sur le site, afin de louer votre cave au plus vite.

Dans quelles circonstances dois-je baisser mon prix ?

  • Vous n’avez jamais effectué de locations.
  • Vous ne recevez pas de demandes d’informations dans les 3 semaines suivant la création de votre annonce.
  • Votre espace a un ou plusieurs défauts (pas d’ascenseur dans un immeuble avec plusieurs sous-sols, passage étroit, difficile d’accès, humide ou peu sécurisé).

Dans quelles circonstances puis-je augmenter mon prix :

  • Vous avez déjà plusieurs locations à votre actif et recevez continuellement des demandes.
  • Vous avez reçu plusieurs commentaires positifs.
  • Votre espace à un ou plusieurs atouts (accessible par camionnette, monte charge ou très sécurisé).

Pour rappel, n’oubliez pas que le prix final communiqué aux locataires comprend les frais liés à l’assurance et au fonctionnement du site, ce qui équivaut à environ 20%. Si vous désirez accorder un rabais il vous faudra directement modifier votre prix via «modifier mon annonce».

Pour tout savoir pour bien rentabiliser votre cave ou votre box, rendez-vous sur notre blog dédié aux propriétaires, investir.costockage.fr.

Costockage a atteint les 150 000 mètres cubes d’espace disponible !

Costockage a atteint les 150 000 mètres cubes d’espace disponible !

Après 2 ans de travail acharné, nous avons décidé de faire un point sur l’avancée de notre activité. Nous en avons profité pour analyser nos chiffres et relever quelques statistiques intéressantes sur la typologie de nos espaces. Aujourd’hui, nous voulons faire un petit point avec nos chers costockeurs et vous annoncer que notre plate-forme de stockage compte désormais plus de 150 000 mètres cubes d’espace disponible !

+5000 mètres cubes/semaine : Costockage est leader sur le marché du garde-meuble entre particuliers

Pendant ce mois d’avril, nous avons dépassé les 150 000m3 de stockage disponible dans l’ensemble des grandes villes de France. Chaque semaine, 5000 mètres cubes s’ajoutent sur Costockage.

Nous avons analysé la très grande diversité des locaux proposés à la communauté. Sur le site, on trouve bien sûr en premiers lieux des caves (35%) et garages (17%), mais aussi des espaces dans des entrepôts (15%) ou même des chambres (8%). 10 % se répartissent entre greniers et autres débarras. Le reste prend la forme d’autres locaux parfois atypiques : boxes à chevaux, chais, chalets etc.

« A Paris, on trouve maintenant un espace de costockage tous les 250 mètres » confirme Adam, 40% des annonces en ligne se situent en Île-de-France, 20% dans le Rhône-Alpes et la région PACA, 10% dans le Nord-Pas-de-Calais.

Trouver un garde meuble entre particuliers

Costockage : le bon plan pour les propriétaires !

Désormais, à Paris, il suffit de 10 jours pour qu’une bonne annonce trouve preneur. 30% des propriétaires se sont donc découverts une vraie âme de costockeur et proposent maintenant plusieurs annonces en même temps.

Ci-dessous, le témoignage de Guillaume de C, en région parisienne:

« Je propose maintenant 3 caves à la location, et elles sont louées en permanence. Entre août et décembre 2014, elles m’avaient déjà rapporté 2500€. Ça commence à être significatif et ça tombait bien au moment des fêtes de fin d’année ! » Sylvain J. à Paris vise haut en aménageant son bien :  « J’ai décidé en décembre de reconvertir mon sous-sol de 200m2 (500m3)au centre de Paris. Fin janvier j’avais déjà enregistré pour 8000€ de contrats… »

Selon la ville et le type de location (espace loué intégralement ou espace partagé) chaque m3 rapporte entre 3€ et 8€ par mois aux propriétaires, sans frais. Vous aussi, vous voulez louer votre cave sur Costockage.fr en 3 clics et gratuitement ? Rendez service aux 1000 adeptes du self-stockage à la recherche d’un lieu chaque jour, en rentabilisant votre espace inutilisé !

Comment ca marche ? C’est très simple !