Les 3 questions qu’on pose tout le temps à un entrepreneur (et ce qu’elles veulent vraiment dire)

En général si on veut être entrepreneur c’est parce qu’on cherche un job où on pourra faire plein de choses différentes : de la vente, du service client, du marketing, de la finance, du design, etc. Mais il faut ajouter autre chose à cette liste : être entrepreneur c’est répondre inlassablement, jour après jour, aux mêmes questions. 

On ne s’en plaint pas : on est contents que les gens s’intéressent à notre mode de vie bizarre.

Mais à force on finit par réfléchir au sens caché de ces questions. Amis (futurs) entrepreneurs, je tente ici de décoder pour vous le vrai sens des questions qui vous s(er)ont posées chaque jour…

Questions codées 1 : “Qui a eu l’idée ? Ça existe déjà ?”

Question décodée :

« T’es un génie ou juste le roi du plagiat ? »

Le contexte :

Dans l’imaginaire collectif, le succès (ou non) d’une startup repose sur un critère essentiel : l’Idée (avec un grand I). Mark Zuckerberg a eu l’idée de Facebook, Kevin Systrom a eu l’idée d’Instagram, etc. Du coup chacun attend l’Idée pour se lancer, mais elle n’est jamais assez bonne.  A contrario, dans le milieu des startups c’est devenu un cliché de dire que la réussite c’est 1% d’idée et 99% d’exécution.

Ma réponse:

J’ai bien eu l’idée tout seul (comme raconté ici), mais je me suis vite rendu compte que je n’étais pas le seul… Faut dire que louer sa cave à son voisin, c’est très utile mais ça reste assez simple comme concept. D’autres l’avaient eu avant moi en Angleterre. Il y a également depuis quelques semaines StowThat aux Etats-Unis qui se concentre sur la location de garages entre particuliers. On se demande s’ils parlent de nous quand on leur demande si leur idée existe déjà…

Question codée 2 : “Ca se passe bien avec ton associé ?”

La question décodée :

« Comment ils font pour tenir le coup alors que je suis jamais resté en couple plus de 2 mois ? »

Ou

« Est-ce qu’ils te fait une scène quand t’as laissé la Dropbox en bazar ? »

Le contexte :

Cette personne a vu The Social Network et sait qu’entre associés tout n’est pas toujours rose. Peut-être même sait-elle que chez les initiés on dit d’un cofondateur évincé qu’il s’est fait « saverined » en référence à Eduardo Saverin l’associé malheureux de Mark Zuckerberg.

Ma réponse :

On se connaît très bien avec Mickaël, depuis bien avant le lancement de Costockage. On a la chance de n’avoir aucun mal à se le dire quand quelque chose ne va pas et de n’être vraiment pas susceptibles. Il y a donc peu de chances que les choses tournent mal. Par ailleurs, on a rédigé notre pacte d’actionnaires avec beaucoup d’attention afin d’aligner nos ambitions.

Vous avez des affaires à stocker ? 

Rejoignez-nous sur Costockage.fr, premier site de stockage entre particuliers. 

Question codée 3 : “Vous allez lever de l’argent ?”

La question décodée :

« A partir de quand tu commences à payer tes bières tout seul ? (et à partir de quand vous aurez des bureaux dignes de ce nom ?) »

Le contexte :

Cette personne en a marre de te payer des bières et voudrait bien venir squatter dans tes futurs bureaux.

Ma réponse :

Oui nous allons lever de l’argent auprès de business angels d’ici quelques mois. Nous avons déjà plusieurs investisseurs intéressés mais en cherchons encore quelques uns. D’ailleurs contactez-nous si vous, votre mère, votre oncle… souhaitez être à nos côtés dans la prochaine phase de notre développement. On cherche notamment des personnes avec de l’expérience dans l’immobilier ou le web (En plus, c’est déductible d’impôts…)

 

Comments

comments