Comment déclarer les revenus générés sur Costockage.fr ?

La location d’un espace chez Costockage n’échappe pas à la règle: lorsqu’on gagne de l’argent, il faut en reverser une petite partie aux impôts. Mais pas de panique, voici comment faire pour optimiser vos impôts et garder le maximum pour vous.

Nous avons fait appel à l’experte comptable Martine Chabert pour vous donner toutes les astuces concernant la fiscalité et le costockage.

 

Comment déclarer les revenus générés par Costockage ?

Toute location d’un espace de stockage par l’intermédiaire de Costockage.fr doit être déclarée en tant que “revenu foncier” car il s’agit d’une location non meublée si l’espace vide n’est pas équipé.

Trois régimes d’imposition de revenus fonciers peuvent concerner les Costockeurs :

 

Si vos revenus locatifs sont inférieurs ou égaux à 15000€

Vous êtes éligible au régime micro-foncier si vos revenus locatifs ne dépassent pas 15 000€ hors charges par an. Dans ce cas, vous profitez d’un abattement* forfaitaire de 30% de la part de l’administration fiscale une fois les revenus déclarés. Le solde est additionné aux autre revenus déclarés sur la déclaration n°2042. Le montant de votre imposition dépend bien évidemment de la tranche d’imposition à laquelle vous appartenez.

Petit cas pratique pour illustrer:

En 2014, Barnabé a gagné 2000€ en louant sa cave. Il n’a pas d’autre revenu locatif. Il est donc assujetti au régime micro-foncier.

  • Il porte directement le montant de son revenu brut sur la déclaration de l’ensemble de ses revenus.
  • L’administration fait un abattement de 30% (600€) et seulement 70% (1400€) des recettes de la location seront ajoutés à ses revenus imposables.

Sur le gain de 2000€, Barnabé ne payera donc des impôts que sur la base de 1400€, au taux d’imposition de la tranche qui s’applique à son foyer fiscal.

Louer mon espace sur Costockage

Si vos revenus locatifs sont supérieurs à 15000€

Vous êtes éligible au régime réel si vos revenus fonciers annuels sont supérieurs à 15 000€ hors charge ou les bailleurs bénéficiant d’un dispositif de défiscalisation. Ce régime s’applique également à toute personne ayant opté volontairement pour le régime réel d’imposition pour une durée irrévocable de 3 ans. Dans ce cas, lors de la déclaration de vos loyers, vous devrez déduire vos charges pour leur montant réel.

Petit cas pratique pour illustrer :

En 2014, Georges a gagné 2000€ en louant sa cave. Il a d’autres revenu locatifs qui font que ses revenus fonciers annuels sont supérieurs à 15 000€ hors charges. Il est donc assujetti au régime réel.

  • Il déclare ses revenus net fonciers sur une déclaration spécifique (n°2044) annexée à la déclaration d’ensemble des revenus. Il doit déclarer l’ensemble de ses revenus liées à la location de sa cave.
  • Il peut cependant déduire ses frais et dépenses selon une liste très précise définie par les instructions fiscales (par exemple : taxes foncières, intérêts d’emprunts sur le bien, dépenses de réparation et d’entretien ayant pour objet de maintenir ou remettre l’immeuble en bon état, provisions pour charges de copropriété etc).

 

Le cas particulier des bénéfices industriels et commerciaux :

Vous êtes éligibles aux régimes BIC (bénéfices industriels et commerciaux), si vos bénéfices proviennent de l’exercice habituel d’une activité commerciale, industrielle ou artisanale à titre individuel ou dans le cadre d’une société soumise à l’impôt sur le revenu. Il existe deux types de régimes BIC : le micro-bic et le régime réel BIC.

  • Le micro-bic est un régime forfaitaire qui s’applique aux loueurs en meublé dont les recettes annuelles (loyer+charge) ne dépassent pas 32 900 €. Un abattement de 50% est appliqué sur les recettes annuelles des locations de ce dernier. Le montant de l’impôt dépendra ensuite des autres revenus et de la tranche d’imposition concerné.
  • Le régime réel d’imposition s’applique aux loueurs dont les recettes annuelles dépassent 32 900€. Dans ce cas-là, les loyers doivent être déclarés et il faut déduire les charges pour leur montant réel. Certains optent pour le régimes réels même avec des recettes annuelles inférieures à 32 900€ lorsque leurs frais et charges déductibles sont supérieurs à 50% des recettes.

Petit cas pour illustrer :

Mr Mastock loue des locaux en meublé ou appartenant à une entreprise assujettie au régime micro-bic car ses revenus issus d’une activité commerciale ne dépassent pas 32 900€/an.

  • Il  doit déclarer la totalité des recettes perçues par la location de sa cave.
  • Une fois la totalité de ses recettes déclarées, il percevra un abattement fiscal de 50% sur ses revenus déclarés.

Georges est assujetti au régime réel BIC car ses revenus issus d’une activité commerciale dépassent 32 900€/an.

  • Il doit déclarer l’ensemble de ses revenus
  • Les charges sont déduites pour leur montant réel.   

 

 

Vous l’avez compris: tout revenu généré sur une plateforme de consommation collaborative doit être déclaré. Cependant, depuis septembre 2015, le Parlement planche sur un nouveau cadre de fiscalité pour ce type de revenus. Parmi les propositions : la mise en place d’un système de déclaration automatique des revenus ou encore l’instauration d’une franchise de 5 000€ / an. Les revenus inférieurs à ce montant seraient exonérées d’impôt… une bonne nouvelle pour les Costockeurs ! Attention, en attendant le vote de la loi, les dispositions expliquées plus haut restent en vigueur…

 

* L’abattement fiscal: réduction légale de la base d’imposition, c’est-à-dire de l’ensemble des revenus retenus par l’administration fiscale pour calculer le montant de l’impôt.

Comments

comments