Catégorie : Les copains de Costockage

Plus on est de fous, plus on rit alors découvrez ici tous nos copains ! Qui sait, peut-être qu’une bonne idée surgira…

L’app du mois: Handlerz

L’app du mois: Handlerz

Ce mois-ci dans notre rubrique l’App du mois, nous vous présentons Handlerz.

Quézaco

Handlerz est une application smartphone récemment lancée qui permet aux personnes ayant un besoin matériel ou humain, d’être mises en relation avec celles à proximité susceptibles d’y répondre.

Déménagement, besoin d’un diable pour transporter quelques cartons, recherche de bras pour aider à porter des meubles, prêt de lave-linge ou de chargeur de portable, jardinage, cuisine ou bricolage, tout est (potentiellement) couvert.

On vous met une petite vidéo d’explication par le fondateur de l’app:

Les plus

Avec son interface simple et claire, l’appli vise à s’entraider localement tout en gérant l’ensemble des échanges entièrement depuis son smartphone.

Garde meuble entre particuliers

consommation collaborative, conso collab, partage, service, bons plans,
Un aperçu de l’interface d’Handlerz avec la gestion de la proximité
consommation collaborative, conso collab, partage, service, bons plans,
Un aperçu de l’interface d’Handlerz avec la gestion de la proximité

L’app est très intuitive et très simple à utiliser: l’utilisateur poste sa demande, dans une catégorie, accompagnée d’une brève description de ce dont il a besoin, de la date éventuelle et de la durée ainsi que sa fourchette de prix.. Ensuite, les utilisateurs à proximité peuvent être prévenus de la demande et éventuellement offrir leurs services.

L’application permet également de lister les demandes et offres à proximité ou de les afficher sur une carte avec un code couleur pour distinguer : les offres, les demandes et les aides déjà réalisées.

L’app est bien pensée, et propose évidemment un mécanisme de recommandation: les utilisateurs notent et commentent le travail de ceux qui les ont aidés. Ceci permettra à chacun d’évaluer la qualité des échanges réalisés et ainsi de se rassurer sur un interlocuteur ou de se constituer un capital confiance.

handlerz, consommation collaborative, conso collab, partage, bons plans
Aperçu du design et de l’interface de l’application

Les moins

Honnêtement, on a cherché, on n’a pas trop trouvé… L’app est fluide et agréable à utiliser. Le seul bémol peut-être c’est le fait que Handlerz ne soit pas seul sur son marché. De plus en plus de sites/ app/ se constituent autour de communautés d’entraide comme YoupiJob ou Stootie qui comptent plusieurs dizaines de milliers de petites missions proposées. Cela risque de limiter la portée de la communauté Handlerz…

A l’heure actuelle, seules 7 propositions d’aide sont disponible sur Paris intra-muros via Handlerz. Le chiffre du nombre de membres et de “jobs” disponibles n’est pas publique, mais après avoir passé un peu de temps sur l’app, on peut penser qu’il est encore assez faible, et l’efficacité du service s’en ressent.

On leur souhaite beaucoup de réussite et on espère qu’il parviendront à se constituer une communauté assez importante pour que “l’offre et la demande de coup de main” se rencontrent sur leur app!

La note Costockage

Critère

Note

Utilité

1/5

Facilité d’utilisation

4/5

Prix

5/5

Design

4/5

Note Costockage

14/20

L’app du mois – iHandy

L’app du mois – iHandy

Ce mois-ci dans notre rubrique l’App du mois, nous vous présentons iHandy!

Le principe

Chez Costockage, on adore mettre les mains dans le cambouis et l’idée de vous proposer une boîte à outils nous plaisait bien. L’app propose de vous accompagner dans vos sessions bricolage du dimanche après-midi en mettant à disposition 5 outils:

– Un fil à plomb : permet de vérifier la verticalité d’une ligne ou d’un mur.

– Un niveau de surface, qui mesure l’inclinaison d’un plan, dans les deux dimensions.

– Un niveau à bulle, exactement le même que celui que vous trouvez dans les magasins de bricolage, mais sur iHandy, c’est bien designé!

– Un rapporteur, qui mesure les angles de 0 a 180 degrés.

– Une règle en imitation métal. En posant la règle de gauche à droite le long de la surface à mesurer, cette application est capable de mesurer des distances bien supérieures aux dimensions de votre smartphone ! unnamed

ihandy-carpenter

Les plus

Pour les bricoleurs, l’app est vraiment pratique. Inutile de préciser que depuis la 5e B du collège Jean Jaurès, nous n’avez plus de rapporteur dans votre trousse, et qu’il vous est bien utile d’en avoir un dans votre téléphone.

Pour une app de bricolage, qui en général préfèrent l’utilité au design, iHandy est très belle. La fluidité, la fiabilité et la stabilité de l’app sont un bel atout.

Garde meuble entre particuliers

Les moins

Si vous ne bricolez pas, inutile d’acheter cette app. On préfère vous prévenir ! L’app est vraiment destinée aux gens qui installent leur antenne satellite eux-même, veulent poser une étagère ou rénover leur cave tout seul.

Cette boîte à outil digitale vous coûtera 1,79€ ce qui n’est pas très cher, si on compare au prix unitaire de chacun des outils qu’elle propose. (D’après nos calculs 29,99€ chez Castorama).

Une très bonne application spécialisée donc, qui fera la joie des Costockeurs qui veulent poser des étagères bien horizontales dans leur cave!

Critère

Note

Utilité

2/5

Facilité d’utilisation

4/5

Prix

4/5

Design

4/5

Note Costockage

14/20

L’App du mois : My Measures & Dimensions

L’App du mois : My Measures & Dimensions

Ce mois-ci dans notre rubrique l’App du mois, nous vous présentons My Measures & Dimensions.

Quézaco

MMD est une App qui permet de prendre des photos d’un espace et de noter les dimensions réelles sur la photo. Vous pouvez stocker et partager les dimensions d’un objet, d’un meuble ou d’une pièce grâce à votre smartphone. Il est également possible d’ajouter des notes sur l’image.

 my-measures-dimensions

Fini les galères “papier, crayon” chez Ikea pour déterminer la taille maximale que le canapé de vos rêves peut avoir pour rentrer dans votre salon.

1385554134_486119

Pour obtenir un devis d’un professionnel (vitre, peinture, meubles sur mesure), plus besoin d’envoyer un croquis approximativement à la main: prenez en photo ce que vous voulez, ajoutez les dimensions, des notes et envoyez le par mail !

Les plus

Objectivement, l’App est pratique et efficace. Se passer de plans dessinés en tremblottant à la main est un vrai progrès. Les fonctionnalités fonctionnent toutes bien, l’App est fluide et facile à naviguer. La version pro propose des fonctionnalités très intéressantes comme le zoom sur l’image, le partage en cloud de vos fichiers ou encore le mode loupe.

Les moins

L’App est chère. Comptez 2,69€ pour la version de base et 3,59€ pour la version complète. Il y a également quelques petits problèmes de stabilité, il peut arriver que l’App plante après avoir pris beaucoup de photos. Enfin, traitez nous de puristes, mais pour le charme du bricolage manuel, faudra repasser!

Bilan

Une vraiment bonne application en somme, un peu chère mais très utile. On attend les mises à jour qui augmenteront la stabilité de l’App, mais c’est un must pour tout Costockeur qui veut envoyer les dimensions de sa cave à un autre Costockeur!

Critère

Note

Utilité

5/5

Facilité d’utilisation

4/5

Prix

2/5

Design

4/5

Note Costockage

15/20

 

L’App du mois de Janvier : I-Cartons

L’App du mois de Janvier : I-Cartons

Pour cette nouvelle année, nous avons la joie de vous faire part de la naissance d’une nouvelle rubrique du Blog de Costockage : l’App du mois.

Désormais, l’équipe de Costockage vous présentera régulièrement une app qui vous facilitera la vie.

Pour cette première édition, on a choisi i-Cartons.

Qezaco?

i-Cartons est une app disponible sur l’App Store qui permet de saisir la destination et le contenu de vos cartons de déménagement ou de stockage grâce à des listes prédéfinies sur l’app en fonction des pièces (cuisine, chambre, salle de bain…). Vous pouvez renseigner tout ce que vous mettez dedans.

icartons-12-2-s-386x470

L’app vous permet de donner un numéro à chaque carton et de référencer chaque objet que vous rangez dans ce carton. Grâce à la recherche intégrée à l’app, vous pouvez retrouver très facilement dans quel carton se trouvent vos chaussons chéris.

Enfin, vous pouvez sauvegarder, envoyer par mail et imprimer les listes de chaque carton afin de les coller dessus et de savoir ou les déposer lors du déménagement.

icartons

Les moins:

Le design un peu triste de l’app. L’App est claire et facile d’utilisation mais un tutoriel quand on la télécharge serait le bienvenu afin de guider l’utilisateur.

Les plus:

C’est malin, pratique et gratuit. Plutôt que de tout noter sur des feuilles en papier que vous allez perdre, abîmer et égarer, tout est sauvegardé dans vos mails. La fonctionnalité photo vous permet de prendre en photo le contenu du carton si la description n’est pas assez précise.

 

Critère

Note

Utilité

5/5

Facilité d’utilisation

4/5

Prix

5/5

Design

1/5

Note Costockage

15/20

Nous avons rencontré Manon Carre, co-fondatrice de Partage Ton Frigo !

Nous avons rencontré Manon Carre, co-fondatrice de Partage Ton Frigo !

Il y a pile un an, de jeunes férus d’entrepreneuriat se rencontrent au Start-Up Week-end de Nancy et décident de lancer ensemble le projet associatif Partage Ton Frigo. En se promenant sur leur site, on apprend par exemple que « chaque Français jette chaque année de 20 à 30 kilos de nourriture dont 7 kilos d’aliments encore sous emballage ». De quoi attirer largement notre attention et donner la parole à Manon, co-fondatrice de ce super projet entrepreneurial.

En quelques mots, c’est quoi le principe de Partage Ton Frigo ?

Partage Ton Frigo a pour but de proposer des solutions innovantes au grand public pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

Nos actions se déclinent en 3 volets :

– Les Apéros Frigo : sensibilisation au gaspillage alimentaire

– La mise en place de Frigos Collectifs dans des lieux de vie communs (halls d’immeuble, entreprises, résidences,…) pour partager entre voisins les surplus alimentaires

– Une application web/mobile/tablette pour échanger facilement des aliments entre voisins

Quand je pars en vacances, je souhaiterais stocker ma nourriture quelque part pour que d’autres en profitent. Par exemple, j’aimerais installer un frigo collectif dans mon immeuble, mais je n’en ai pas encore parlé à mes voisins. Je m’y prends comment ?

Tout d’abord, tu peux contacter l’équipe via le site internet www.partagetonfrigo.fr ou la page Facebook « Partage ton frigo ». Nous organiserons ensemble un Apéro Frigo pour que tout le voisinage se rencontre une première fois et comprenne l’enjeu de ce frigo collectif. Lors de l’apéro, on installe le frigo qui est customisé et optimisé pour le partage.

Vous avez fait le JT de TF1, le JT de France 2, un docu France 3, … Vous sentez un engouement de la société contre le gaspillage alimentaire ?

2014 : année européenne de lutte contre le gaspillage alimentaire ! Les initiatives se multiplient, des Disco Soupe à Zero Gâchis, proposant différentes solutions innovantes à différents niveaux du cycle de vie des aliments.

De plus, les particuliers prennent conscience que ce gaspillage a un impact environnemental mais également financier (400€ en moyenne par personne et par an).

Vous êtes basés en Lorraine, est-ce que vous avez un message à faire passer à ceux qui pensent que Paris est la seule ville pour entreprendre ?

Dans notre cas, il a été facile d’entreprendre en province car nous sommes parvenus rapidement à mobiliser les institutions locales, les acteurs concernés et nos futurs utilisateurs. On a pu créer un réseau de partenaires dynamiques, qui nous ont permis de commencer en quelques semaines nos actions sur le terrain.

En plus de stocker de la nourriture dans des frigos, il me semble que tu es également une costockeuse ?

Je suis fascinée par l’essor actuel de l’économie collaborative, alors j’ai tout de suite adhéré au concept de Costockage et j’ai mis ma cave en location. Start-up très prometteuse !

Merci Manon, bon courage dans la lutte contre le gaspillage alimentaire et bon vent à Partage Ton Frigo, 100% approuvé, liké et partagé par l’équipe de Costockage.

Nous avons rencontré Nicolas Dabbaghian, co-fondateur de SPEAR

Nous avons rencontré Nicolas Dabbaghian, co-fondateur de SPEAR

Il y a près de deux ans, Nicolas Dabbaghian et François Desroziers fondaient SPEAR, la Société Pour une Epargne Activement Responsable. Appartenant à la famille des sites de crowdfunding, SPEAR est une coopérative permettant à des porteurs de projet d’obtenir un financement provenant d’épargnants qui placent leur argent sur le site. On aime le crowdfunding, on aime l’innovation sociale, on aime les projets originaux, autant de raisons de laisser la parole à Nicolas, co-fondateur d’un établissement bancaire pas comme les autres.

1. J’ai un peu d’argent de côté, mais je sais pas trop quoi en faire. Pourquoi je le placerais sur SPEAR ?

SPEAR propose une épargne comparable à celle des banques puisqu’elle est rémunérée mais avec la transparence en plus ! En effet vous choisissez exactement quel projet responsable sera financé par votre épargne. Ainsi vous soutenez des entrepreneurs sociaux dans la réalisation de leurs projets. SPEAR envoie par la suite des nouvelles régulières de leurs avancées et de leur impact.

Mentionnons aussi que ce sont nos banques partenaires (le Crédit Coopératif, la Société Générale et le CMP-Banque) qui portent le risque des projets pour sécuriser votre épargne et que vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt sur votre épargne. Le ticket minimum est de 100 €, à vous de jouer ! Les petits ruisseaux font les grandes rivières !

2. D’où t’es venue l’idée de te lancer dans la finance solidaire ?

Notre constat initial est celui du fonctionnement assez opaque de l’épargne bancaire. En effet quand on dépose de l’argent en banque on ne sait que deux choses : qu’on touchera un taux d’intérêt et qu’il nous sera rendu. Mais la banque ne garde pas les dépôts dans un coffre fort. Elle les prête, les investit mais nous ignorons à qui. Nous avons donc voulu redonner le contrôle aux épargnants en leur permettant de soutenir des projets qui ont du sens. Nous nous sommes lancés dans la finance solidaire pour créer de la transparence et faire émerger des projets positifs.

3. Vous avez rencontré le Président de la République dans le cadre de la Commission Attali en mai 2012. Et alors, il en pense quoi François de la finance solidaire et participative ?

Nous avons été surpris par l’intérêt qu’il porte pour le crowdfunding. Lors des deux réunions que nous avons eu avec lui, il a posé le sujet sur la table de lui-même. Concernant le rapport sur l’Economie Positive, nous avons ainsi rédigé la proposition n°10 concernant la simplification de la réglementation sur le crowdfunding.

4. Quel est le plus beau projet que vous ayez financé ?

Tous nos projets sont excellents ! Personnellement j’aime particulièrement Mooville : un véhicule de livraison électrique qui a levé plus de 130 000 € sur notre site et que le Crédit Coopératif a abondé de manière complémentaire de 370 000 €. Ces véhicules innovants limitent les émissions polluantes et les nuisances sonores, offrant une alternative écologique et durable au secteur de la livraison. Enfin ils pérennisent 70 emplois dans une chaine de montage initialement menacée par la crise du secteur automobile.

5. Serais-tu prêt à devenir costockeur ?

J’aime beaucoup votre concept. Pour tout vous dire je réfléchissais sérieusement à proposer de l’espace disponible dans la maison de mes parents qui s’est vidée avec le temps…avant de remarquer que mon frère l’avait déjà fait avec Costockage !

Merci beaucoup Nicolas, bravo pour ce beau projet et bon vent à SPEAR. Et si tu recroises François H. un de ces quatre, tu pourras lui glisser qu’il peut rentabiliser tout l’espace vide de l’Elysée en acceuillant les cartons de ses voisins !

Nous avons rencontré Philippe de Rouville, fondateur de Chambrealouer.com

Nous avons rencontré Philippe de Rouville, fondateur de Chambrealouer.com

Présent sur la scène de la consommation collaborative depuis 2009, Chambrealouer.com entend repenser le stockage de particuliers, pardon, l’hébergement de particuliers. Que ce soit des retraités propriétaires d’une grande maison, un étudiant qui vient de décrocher un stage, un commercial arpentant les routes sinueuses de province ou un couple de musiciens en tournée, tous sont confrontés, à leur manière, au souci d’hébergement.

 Partant du simple constat qu’il est aujourd’hui extrêmement difficile de trouver un logement à prix abordable à l’occasion de déplacements de plus ou moins longue durée, Chambrealouer.com ambitionne de répondre au besoin de chacun. La plateforme propose, en effet, de vivre chez l’habitant et donc de cohabiter sous un même toit dans un cadre idyllique, en centre-ville et pour un loyer défiant les lois du marché.

Les avantages sont multiples: une rémunération pécuniaire ou via un service rendu pour les propriétaires disposant de chambres non-occupées, des dépenses moindres pour les vadrouilleurs et bien-entendu, de la convivialité.

Et maintenant, place aux questions posées à Philippe Rouville, fondateur de Roomlala

Chambrealouer.com, c’est quoi ?

La spécificité de Roomlala, c’est l’offre d’hébergement pour de la longue durée, en plus de celles pour de la courte et moyenne durée bien sûr, certains de nos locataires vivent comme ça à l’année grâce à Chambrealouer.com ! La proximité avec nos membres et leur satisfaction sont des choses qui nous tiennent à coeur.

En quoi vous distinguez vous de Airbnb ?

L’avantage majeur de Chambrealouer.com est d’être généraliste ! Il regroupe toutes les sortes d’annonces possibles dans le domaine de l’hébergement alternatif : de la traditionnelle location d’une chambre chez l’habitant jusqu’à la location d’un logement en échange de services, en passant par la colocation ou la sous-location. Que vous soyez futur propriétaire ou futur locataire, l’interface est particulièrement facile d’accès et l’annonce se dépose gratuitement en quelques minutes, sans formalités administratives interminables.

Outre Chambrealouer.com, quel est votre Top 3 des plateformes “conso-collab” ?

BlaBlaCar qui est incontournable pour se déplacer à petit prix et convivialement, Gchangetout qui propose un service vraiment pratique au quotidien, et puis Cookening qui semble avoir beaucoup de potentiel. Et pour bientôt Costockage.fr qui a déjà fait ses preuves avant même d’être en version publique !

Pour finir, seriez-vous prêt à devenir un Costockeur ?

Je loue déjà la chambre disponible dans mon appartement, mais je crois qu’il y a assez de place dans ma cave pour devenir un Costockeur ! À vrai dire, je pense que nombreux sont ceux qui ont de quoi costocker chez eux sans problèmes.

 

Nous avons rencontré David Laval, fondateur de CityzenCar

Nous avons rencontré David Laval, fondateur de CityzenCar

David Laval a 34 ans. Après avoir fondé et dirigé Mobizen, filiale de Veolia, pour en faire une référence de l’auto-partage en France, David s’est lancé dans l’aventure CityzenCar. Autant vous dire que quand on discute consommation collaborative, David Laval sait de quoi il parle. Comme vous pouvez en juger.

Comment t’es venue l’idée de créer CityzenCar ?

L’idée de CityzenCar, c’est de prêter la voiture d’un voisin qui est disponible à un autre voisin qui en a besoin. C’est tellement simple et intelligent que beaucoup de gens l’ont eue, un peu partout dans le monde. De mon côté, je baigne dans la voiture partagée depuis 2007, année où j’avais cofondé le système d’auto-partage parisien Mobizen. Mais déjà à l’époque nous avions pensé : “pourquoi mettre une flotte en auto-partage alors qu’il y a déjà pleins de voitures disponibles : celles des gens !”. Sauf qu’en 2007, il était hors de question de lancer un tel service, c’était beaucoup trop utopique. Depuis, nous avons changé de monde, le web social a mis les utilisateurs au cœur d’Internet (Facebook…), l’éco-mobilité est devenue un enjeu (Autolib…) et la consommation collaborative a explosé comme phénomène de société. En 2011, nous avons décidé de concrétiser cette utopie en lançant CityzenCar. Mettre sa voiture au service de son voisin n’est pas seulement une démarche économique et/ou écologique, nous avons réalisé qu’il s’agissait avant tout d’un prétexte pour retisser du lien social entre voisins.

Internet regorge aujourd’hui de sites permettant à des particuliers de louer leur voiture. C’est quoi la spécificité de CityzenCar ?

CityzenCar en plus d’être l’un des pionniers sur le marché et de bénéficier d’une excellente notoriété dans le domaine, se différencie de deux façons. Tout d’abord, CityzenCar.com est une véritable plateforme sociale. Les membres ont un profil, on peut se connecter avec ses voisins via un “cercle de confiance” en vue de locations futures… Nous proposons une expérience plus proche de la communauté de voisinage que du site de petites annonces. Ensuite, CityzenCar propose une palette d’outils pour louer de façon plus sécurisée et/ou plus flexible, et nous pensons que ces outils sont les meilleurs du marché. Par exemple :
– L’assurance. Le site inclut une assurance tous risques parfaitement adaptée à la location de voiture entre particuliers. Cette assurance est un outil ultra professionnel et elle est fournie par une compagnie d’assurance qui est la référence sur le marché de la location de voiture. Elle couvre tous les conducteurs sans condition d’âge ou d’ancienneté du permis de conduire (oui, oui, les jeunes conducteurs sont acceptés). De plus, l’assurance inclut une assistance dépannage dès le premier kilomètre, sans condition d’âge sur le véhicule. C’est important parce que le coup de la panne, ce n’est pas amusant du tout, et encore moins si on doit payer la dépanneuse.
– La CityzenBox, qui est proposée aux propriétaires de voiture. C’est un petit boîtier électronique intelligent qui rend possible l’ouverture des portes de la voiture grâce à un téléphone portable. Le propriétaire n’a donc pas besoin d’être présent pour louer son véhicule, ce qui facilite la vie. Quand on ne connaît pas encore trop la personne qui emprunte sa voiture, on aime bien la voir, lui parler… Mais quand on commence à bien se connaître (voire si c’est un ami), on a peut-être mieux à faire que de poireauter à la voiture pour lui donner les clés. Par exemple, si un voisin veut la voiture un dimanche matin dès potron-minet et que le propriétaire souhaite rester au chaud chez lui en pyjama (histoire vécue !). De plus, le système permet au propriétaire de géolocaliser sa voiture, ce qui peut le rassurer dans sa démarche de location.

CityzenCar semble particulièrement fier de sa communauté d’utilisateurs. Qu’est-ce qui rend les Cityzens différents ?

C’est vrai, les Cityzens forment une communauté exemplaire dans le domaine de la consommation collaborative. Nous avons de quoi être fiers de rassembler des personnalités aussi riches et variées. Nous les mettons d’ailleurs régulièrement à l’honneur sur notre blog avec une série d’interviews que nous avons appelée “les Cityzens ont du talent”.
Ceci s’explique peut être grâce à différentes raisons :
– CityzenCar est un projet qui rassemble les gens autour de valeurs communes. En plus de permettre à la communauté d’utiliser l’automobile de façon plus intelligente, nous leur proposons de rencontrer leurs voisins, de recréer du lien social autour de chez eux et de découvrir les autres auto-partageurs qui vivent dans leur ville, village, quartier…
– Afin d’être au plus proche de nos utilisateurs, nous organisons aussi des soirées ou des déjeuners dans plusieurs villes de France (Lyon, Bordeaux, Le Mans…). Et à Paris, nous participons au COtuesday qui se déroule chaque deuxième mardi du mois. Ces rencontres nous permettent de découvrir nos utilisateurs et de leur prouver notre sérieux : ce qui a tendance à les rassurer et surtout à les impliquer d’avantage.
– Enfin, dans CityzenCar, il y a cette promesse de citoyenneté. Finalement, je pense qu’il n’est pas étonnant que nous rassemblions de plus en plus de gens qui ont répondu présents à cet appel.

Que réponds-tu à toutes les personnes qui ne manquent sûrement pas de te demander: « Et si quelqu’un me vole ma voiture ? Et si on s’en sert pour transporter de la drogue ? etc. »

C’est tout à fait normal de se poser ces questions et il ne faut pas les éluder. Nous n’avons pas le droit de répondre “ne vous inquiétez pas, tout ira bien”. La voiture a ceci de particulier qu’elle est un objet dangereux (une voiture devient une arme mortelle à partir de 30 km / heure) et un objet très réglementé (code de la route, code des assurances…). Bref, on a choisi un objet compliqué et on assume.
Concrètement, c’est parce qu’il y a ces risques que nous essayons d’être les plus complets et les plus professionnels sur la qualité des outils mis à disposition de nos membres (assurance…). CityzenCar, comme toute pratique collaborative, c’est toujours un acte de confiance, donc à un moment donné une prise de risque avec une autre personne. Nos outils sont là pour limiter au minimum les conséquences de ces risques.
De plus, la communication et la transparence sont importantes. Il y a tellement de “et si ?” que nous avons fait un centre d’aide collaboratif qui répertorie toutes les questions que chacun se pose, afin de rendre la réponse disponible à la communauté.

CityzenCar vient de fêter ses deux ans d’existence. Qu’est-ce qu’on se dit quand on regarde dans le rétroviseur ?

Avec aujourd’hui plus de 35.000 membres et 7.000 voitures inscrits sur le site en un an et demi, nous sommes vraiment heureux du chemin parcouru. Mais nous voyons aussi tout ce qu’il reste à faire, pour les 30 millions de voitures en France, dont 7 millions qui sortent moins de deux fois par semaine !

Avec un nom si bien taillé, c’est pour quand le grand départ à l’international ?

Oui, oui, on adore notre nom. Il résume parfaitement les valeurs de la communauté de civilité, de sérénité, et de sécurité. Être Cityzen, c’est être un citoyen de la communauté des gens qui veulent consommer la voiture de façon intelligente. Et effectivement il est complètement prêt à s’exporter, mais je ne peux encore rien vous dire là dessus. Je peux juste vous dire que dans l’équipe, on n’est pas trop mauvais en langues étrangères 🙂

On parle beaucoup du changement des habitudes de consommation, du recul de la possession au profit de l’accès, et ce dans beaucoup de secteurs. Tu y vois une tendance de crise ou un mouvement de fond ?

Les deux, probablement. Avant qu’on parle de consommation collaborative, l’idée d’une économie de la fonctionnalité où l’usage prime sur la possession date d’avant la crise. Mais effectivement, la crise est sans doute un catalyseur. Elle révèle tout ce que notre ancien modèle de consommation a de non-durable, parce qu’il génère une énorme dette financière et écologique. De ce point de vue, la crise et la consommation collaborative sont des opportunités.

Quel est ton top 3 de la consommation collaborative à la française ?

GuesttoGuest parce qu’on pratique principalement l’échange de maison pour nos vacances et que le fondateur est un ami. Sejourning parce que je préfère l’utiliser lors d’un déplacement pro en province plutôt que d’aller à l’hôtel. Colunching parce que je suis un gourmand et que l’équipe est ultra sympa et organise une soirée de la consommation collaorative une fois par mois : Cotuesday. L’espace de coworking Ici Montreuil parce que c’est nos voisins et qu’ils ont créé un outil formidable et exemplaire pour les entrepreneurs de la création. Enfin, j’ai un gros coup de coeur pour Voisin-âge qui démontre que les pratiques collaboratives peuvent être au service de la solidarité avant tout.
Zut, ça fait 5 sites 🙂

Serais-tu prêt à devenir Costockeur ?

J’adore l’idée de Costockage. Personnellement, je ne dispose pas d’une cave à partager, et j’essaie de ne pas trop accumuler d’affaires à stocker. Mais même en faisant ainsi, on a toujours des dilemmes. Par exemple, nous avons une collection de décorations de Noël qui grandit année après année et qui commence à devenir un peu encombrante. On essaie de partager tout ça au maximum au moment des fêtes avec la famille et les amis, mais inutile de dire que c’est impossible à louer entre particuliers pour éviter le gaspi (les affaires de Noël, on s’en sert à Noël et personne n’en voudra le reste de l’année). Bref, avis aux parisiens : je cherche un voisin qui voudrait bien stocker nos décos de Noël.