Année : 2013

D’après une étude, 1 français sur 3 compte revendre les cadeaux reçus à Noël.

D’après une étude, 1 français sur 3 compte revendre les cadeaux reçus à Noël.

Une étude La Poste -TNS Sofres fait un point chiffré sur la diffusion de la consommation collaborative en France. Pour vous nous en avons extrait les 3 données les plus marquantes…

1) 1 français sur 2 pratique régulièrement la consommation collaborative.

Les français sont de plus en plus nombreux à se jeter à l’eau et à tester cette nouvelle forme de consommation. Plus économique et plus sociale, la consommation collaborative pourrait être LA bonne résolution pour 2014.

Nuage-Collaboratif

2) Les consommateurs collaboratifs ont une plus grande confiance dans les autres et dans l’avenir

L’économie collaborative s’appuie sur la confiance qu’on porte aux autres membres de la communauté. Les plateformes s’efforcent de proposer des outils pour construire cette confiance. Costockage par exemple fournit l’assurance couvrant les objets stockés et votre box de stockage ou votre cave.

Mais il y a encore quelques années, même Airbnb ne proposait pas d’assurance. Pourtant les utilisateurs ne manquaient pas. La raison, c’est que les utilisateurs de service de #consocoll sont plus optimistes et plus confiants en leurs prochains que le reste de la population.

Ainsi, à la question “Avez-vous confiance en la capacité des français à être solidaires entre eux ?” les réfractaires à la #consocoll répondent “oui” à 25%, les adeptes à 31%.

stats

De la même manière, les réfractaires ont confiance à 58% dans leurs voisins. Ce taux passe à 64% quand on pose la question à des adeptes.

 

3) 1 français sur 3 compte revendre ses cadeaux de Noël grâce à la consommation collaborative :

On pourrait trouver ça triste, mais chez Costockage on le voit comme une bonne nouvelle (vous nous avez démasqués on fait partie des adeptes, donc on est des optimistes !) Ce magnifique bibelot d’une tête de cheval en cristal rose offert par votre tante n’est pas perdu pour tout le monde : revendu sur Ebay, il fera un heureux.

EBay_logo

Mais ne vous y trompez pas : si vous n’avez pas aimé le cadeau de tata, elle n’a peut-être pas aimé le votre… Heureusement, elle aussi s’est mise à la #consocoll : la version collector du CD d’Hélène Ségara reprenant Jo Dassin que vous lui avez achetée, Tata Michèle la stockera bien au chaud dans la cave de son voisin.

Histoire de la Consommation Collaborative

Histoire de la Consommation Collaborative

Sur le blog de Costockage, on vous parle souvent de Consommation Collaborative, de Sharing Economy, de #Consocollab ou autres #CollCons, et il nous a semblé qu’il serait pédagogue de faire un petit point historique sur ces termes de start-up(hipst)er qu’on utilise beaucoup.

Voila une petite chronologie de la Consommation Collaborative :

– 200 000 avant J-C.

Gruntd et Krobak, nos ancètres prognates troquaient des peaux de mammouth au paléolithique supérieur, il s’agissait, déjà, de sharing economy (lol). L’économie du partage est donc aussi vieille que le prêt, le troc et tous les échanges que pratiquaient nos ancêtres qui chassaient le gnou au lance pierre.

– 1990

En France, on assiste à l’émergence des Systèmes d’Échanges Locaux, qui sont des réseaux physiques d’échange et de vente de biens et services entre particuliers dans une zone géographique donnée. Limités à une échelle locale, ces système d’échanges ne connaissent pas l’essor escompté. On commence à réaliser qu’il serait super d’utiliser ce nouveau truc à la mode, Internet, pour faire des échanges de particulier à particulier, à grande échelle.

– 1995

eBay est créé. La consommation collaborative est née. Elle attendait, pour voir le jour, une plate-forme qui permet de savoir avec qui on fait affaire, d’être assuré en cas de problème et où un grand nombre d’internautes se rencontrent pour échanger.

– 1999

Un étudiant parti en Islande sans avoir prévu d’hébergement envoie un mail à 1,500 étudiants islandais pour trouver un canapé ou dormir pendant son séjour. Il reçoit 100 réponses : le couchsurfing est né. Avec ce mouvement, Les systèmes de réputation et notation des utilisateurs se développent largement.

– 2000

ZipCar, premier site de partage de voitures entre particuliers apparaît à Boston. Avec la naissance du Couchsurfing un an plus tôt, on assiste à la naissance des styles de vie collaboratifs, où les utilisateurs partagent les ressources dont ils disposent. Tout ce qui commence par “co”, en est un : Coworking, Colunching, Couchsurfing, Cohébergement et bien sur Costockage !

– 2004

Naissance de Covoiturage.fr, qui devient vite le premier site de “ridesharing” français. Des personnes qui font un trajet proposent aux internautes les places restées vides dans leurs voitures.

– 2008

Une grave crise économique frappe les États-Unis et l’Europe. Les consommateurs ont de moins en moins confiance dans le système bancaire et les grandes entreprises. La crise donne un second grand souffle à la consommation collaborative car elle pousse les gens à utiliser les ressources de manière optimale, et à les monétiser lorsqu’elles sont inutilisées.

Airbnb, site de location d’hébergement chez l’habitant, naît et connaît un essor rapide dans le monde entier.

TaskRabbit est créé aux États-Unis, il s’agit d’une plate-forme où chacun peut proposer ses services moyennant rémunération. (En France il y a Youpijob, on vous en a déjà parlé.)

– 2011

Vu le succès rencontré par les sites internet de l’économie collaborative, les investisseurs s’emparent du dossier. On assiste à des records d’audience et de levées de fonds dans le secteur.

Wimdu, clone de Airbnb lève 90 millions de dollars auprès d’investisseurs, Craigslist a enregistré sa 50 millionième visite aux États-Unis seulement.

– 2013

Costockage.fr voit le jour, il s’agit du tout premier site de partage d’espace de stockage entre particuliers en France. Plutôt que de traverser les ville pour déposer ses cartons dans un garde-meuble, on peut désormais les stocker, à moindre coût chez un voisin.

– 15 novembre 2013

Un sondage TNS Sofres révèle que près de la moitié des français (48%) pratiquent la consommation collaborative régulièrement. La consommation collaborative n’est plus uniquement l’apanage de nos voisins d’outre Atlantique, elle explose dans l’hexagone aussi.

Sans vouloir être collaboratifs à tout prix, on aimerait vraiment connaître votre point de vue :

Selon vous, jusqu’où ira la révolution collaborative ?

N’hésitez pas à nous poster vos réponses en commentaire de l’article, on publiera celle qui nous plaît le plus sur notre page Facebook.

Nous avons rencontré Manon Carre, co-fondatrice de Partage Ton Frigo !

Nous avons rencontré Manon Carre, co-fondatrice de Partage Ton Frigo !

Il y a pile un an, de jeunes férus d’entrepreneuriat se rencontrent au Start-Up Week-end de Nancy et décident de lancer ensemble le projet associatif Partage Ton Frigo. En se promenant sur leur site, on apprend par exemple que « chaque Français jette chaque année de 20 à 30 kilos de nourriture dont 7 kilos d’aliments encore sous emballage ». De quoi attirer largement notre attention et donner la parole à Manon, co-fondatrice de ce super projet entrepreneurial.

En quelques mots, c’est quoi le principe de Partage Ton Frigo ?

Partage Ton Frigo a pour but de proposer des solutions innovantes au grand public pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

Nos actions se déclinent en 3 volets :

– Les Apéros Frigo : sensibilisation au gaspillage alimentaire

– La mise en place de Frigos Collectifs dans des lieux de vie communs (halls d’immeuble, entreprises, résidences,…) pour partager entre voisins les surplus alimentaires

– Une application web/mobile/tablette pour échanger facilement des aliments entre voisins

Quand je pars en vacances, je souhaiterais stocker ma nourriture quelque part pour que d’autres en profitent. Par exemple, j’aimerais installer un frigo collectif dans mon immeuble, mais je n’en ai pas encore parlé à mes voisins. Je m’y prends comment ?

Tout d’abord, tu peux contacter l’équipe via le site internet www.partagetonfrigo.fr ou la page Facebook « Partage ton frigo ». Nous organiserons ensemble un Apéro Frigo pour que tout le voisinage se rencontre une première fois et comprenne l’enjeu de ce frigo collectif. Lors de l’apéro, on installe le frigo qui est customisé et optimisé pour le partage.

Vous avez fait le JT de TF1, le JT de France 2, un docu France 3, … Vous sentez un engouement de la société contre le gaspillage alimentaire ?

2014 : année européenne de lutte contre le gaspillage alimentaire ! Les initiatives se multiplient, des Disco Soupe à Zero Gâchis, proposant différentes solutions innovantes à différents niveaux du cycle de vie des aliments.

De plus, les particuliers prennent conscience que ce gaspillage a un impact environnemental mais également financier (400€ en moyenne par personne et par an).

Vous êtes basés en Lorraine, est-ce que vous avez un message à faire passer à ceux qui pensent que Paris est la seule ville pour entreprendre ?

Dans notre cas, il a été facile d’entreprendre en province car nous sommes parvenus rapidement à mobiliser les institutions locales, les acteurs concernés et nos futurs utilisateurs. On a pu créer un réseau de partenaires dynamiques, qui nous ont permis de commencer en quelques semaines nos actions sur le terrain.

En plus de stocker de la nourriture dans des frigos, il me semble que tu es également une costockeuse ?

Je suis fascinée par l’essor actuel de l’économie collaborative, alors j’ai tout de suite adhéré au concept de Costockage et j’ai mis ma cave en location. Start-up très prometteuse !

Merci Manon, bon courage dans la lutte contre le gaspillage alimentaire et bon vent à Partage Ton Frigo, 100% approuvé, liké et partagé par l’équipe de Costockage.

La parole à Bertrand, fondateur de Youpijob, notre partenaire pour vos déménagements collaboratifs

La parole à Bertrand, fondateur de Youpijob, notre partenaire pour vos déménagements collaboratifs

Vous le savez maintenant tous, sur le blog de Costockage, ça déménage. Mais lorsque vous cherchez à stocker, vous êtes nombreux à nous demander une solution pour déménager de façon aussi simple et pas chère que le costockage, autrement dit une solution collaborative. Il nous est donc apparu naturel de chercher – puis de sélectionner – le partenaire idéal pour ça, et nous l’avons trouvé : il s’agit de Youpijob, une belle start-up du secteur collaboratif, qui en plus d’être une grande plateforme en France, a déjà ouvert son service à la Suisse, l’Espagne et l’Angleterre. Et qui ouvre maintenant son capital en bourse à ses membres !

Nous avons donc interviewé Bertrand Tournier, son fondateur, pour en savoir un peu plus...

1. Bonjour Bertrand, on aime bien le nom Youpijob, mais c’est quoi en fait ?

Youpijob est le premier site de recrutement pour les particuliers. Il vous permet de confier vos tâches du quotidien à des personnes certifiées et évaluées par la communauté.

Vous postez votre job en moins d’une minute (ex : assembler un meuble) puis les Jobeurs (travailleurs) viennent vous proposer leur service. Vous pouvez choisir parmi plusieurs personnes en regardant leurs badges et leurs notes obtenues sur le site. Vous pouvez ainsi recruter en toute confiance.

2. Vous êtes la première entreprise de l’économie collaborative à entrer en bourse. Pourquoi ? Et ça se passe comment ?

L’objectif est de valoriser la consommation collaborative et de permettre aux utilisateurs d’être acteurs de ce développement. Ce mouvement n’est pas une mode, c’est une évolution de la société guidée par les consommateurs, qui va s’installer autour de nous pour améliorer notre quotidien.

Pour le fonctionnement, nous sommes accompagnés de spécialistes. Il faut montrer de la transparence et répondre à certaines obligations. Ce n’est pas une partie de plaisir, mais nous sommes persuadés que cela aidera YoupiJob et la grande famille de la conso collaborative.

3.Je viens de décider de stocker mes affaires chez un costockeur, comment Youpijob peut-il m’aider ?

Très simple ! Dans la même dynamique que pour trouver un lieu de stockage, je vais poster un Job pour trouver des bras musclés pour m’aider.

Entre Costockage et YoupiJob, vous aurez fait une économie non négligeable et vous aurez favorisé le partage économique, vous êtes donc au TOP !

4.Et si je suis propriétaire d’une cave, je peux aussi avoir recours au service des jobeurs ?

Bien entendu !

Un exemple : entre 2 locataires, vous souhaitez faire un coup de propre ou encore vous souhaitez aménager pour recevoir vos premiers locataires. Rien de plus simple : vous postez votre besoin et des bricoleurs viennent vous aider.

Pour info, nos bricoleurs indépendants sont trois fois moins chers que des artisans.

5.Serais-tu prêt à devenir costockeur ?

Je suis un collaboratif addict… Mon appartement est sur Airbnb, je viens de commander une tête de citrouille à un jobeur pour Halloween sur YoupiJob, et je commande des produits sur La Ruche qui dit Oui. Donc dés que j’ai une cave, je garde une place pour les bouteilles de vin, et le reste pour les pneus du voisin !

Pour un déménagement sans stress, rendez-vous sur demenagement.costockage.fr, on vous donne tous nos conseils pour un déménagement réussi!

La revue de presse de la consommation collaborative

La revue de presse de la consommation collaborative

La consommation collaborative est une nouvelle façon – originale – de consommer et nous, chez Costockage, on trouve ça vraiment bien. La consommation collaborative c’est une multitude de choses : ça peut être stocker des cartons, louer votre cave ou partager votre voiture. Pour vous aider à cerner un peu mieux le sujet, on vous a préparé une sélection de nos articles préférés sur notre sujet préféré !

L’Economie Collaborative : meilleure amie de l’Entrepreneur

L’économie collaborative est révolutionnaire pour le consommateur parce qu’elle permet un nouvel usage des biens et des services : la question n’est plus comment on possède un bien mais comment on l’utilise, à deux, trois ou plus. Mais elle est aussi la meilleure amie de l’entrepreneur, ce que Thibaud Clément nous explique dans cet article du blog de référence de la #consocoll.

Un petit tip si vous êtes entrepreneur : faites appel aux 65 millions de Business Angels qui composent la France. Vous pourrez peut-être les convaincre d’investir chez vous via les  plateformes de crowdfunding.

Bobos, aventuriers, écolos : qui sont ces Français adeptes de la consommation collaborative ?

Ici, on vous dit qui vous êtes, vous, adeptes de la consommation collaborative. Si on devait dresser un rapide portrait robot, vous êtes des gens plutôt curieux qui se soucient de l’état de la société et qui ont un côté aventurier. On distingue cinq profils de consommateurs différents : Les Amapiens (adhérents d’une Association Pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne), les Covoitureurs, les adeptes des achats groupés, ceux qui vendent leurs biens, et enfin ceux qui louent leurs biens (VOUS !).

Acheter et vendre… autrement

Dans cet article, on comprend qu’il n’y en a pas que pour les altermondialistes du plateau du Larzac. La consommation collaborative, révolutionne l’usage des biens et services pour tout le monde. Pour tout le monde ? Oui vraiment pour tout le monde, même pour les grandes entreprises qui se mettent doucement à appliquer des principes de collaboration comme le troc de machines industrielles ou les échanges de services.

Les « Frangers » brisent l’anonymat du net et forgent l’économie du partage

Connaissez vous le “Franger” ? Contraction de l’anglais Friend + Stranger, c’est en fait ce qu’on appelle chez nous un costockeur. Un parfait étranger, chez qui vous stockez, ou qui stocke chez vous, et avec qui vous avez des relations amicales et sympathiques parce que vous avez compris que la consommation collaborative c’est aussi fait pour rencontrer des gens et partager l’usage d’un bien ou d’un service dans la bonne humeur.

 
Chers costockeurs, si vous souhaitez partager avec nous vos articles préférés sur le sujet n’hésitez surtout pas à les poster dans les commentaires de l’article.

Nous avons rencontré Nicolas Dabbaghian, co-fondateur de SPEAR

Nous avons rencontré Nicolas Dabbaghian, co-fondateur de SPEAR

Il y a près de deux ans, Nicolas Dabbaghian et François Desroziers fondaient SPEAR, la Société Pour une Epargne Activement Responsable. Appartenant à la famille des sites de crowdfunding, SPEAR est une coopérative permettant à des porteurs de projet d’obtenir un financement provenant d’épargnants qui placent leur argent sur le site. On aime le crowdfunding, on aime l’innovation sociale, on aime les projets originaux, autant de raisons de laisser la parole à Nicolas, co-fondateur d’un établissement bancaire pas comme les autres.

1. J’ai un peu d’argent de côté, mais je sais pas trop quoi en faire. Pourquoi je le placerais sur SPEAR ?

SPEAR propose une épargne comparable à celle des banques puisqu’elle est rémunérée mais avec la transparence en plus ! En effet vous choisissez exactement quel projet responsable sera financé par votre épargne. Ainsi vous soutenez des entrepreneurs sociaux dans la réalisation de leurs projets. SPEAR envoie par la suite des nouvelles régulières de leurs avancées et de leur impact.

Mentionnons aussi que ce sont nos banques partenaires (le Crédit Coopératif, la Société Générale et le CMP-Banque) qui portent le risque des projets pour sécuriser votre épargne et que vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt sur votre épargne. Le ticket minimum est de 100 €, à vous de jouer ! Les petits ruisseaux font les grandes rivières !

2. D’où t’es venue l’idée de te lancer dans la finance solidaire ?

Notre constat initial est celui du fonctionnement assez opaque de l’épargne bancaire. En effet quand on dépose de l’argent en banque on ne sait que deux choses : qu’on touchera un taux d’intérêt et qu’il nous sera rendu. Mais la banque ne garde pas les dépôts dans un coffre fort. Elle les prête, les investit mais nous ignorons à qui. Nous avons donc voulu redonner le contrôle aux épargnants en leur permettant de soutenir des projets qui ont du sens. Nous nous sommes lancés dans la finance solidaire pour créer de la transparence et faire émerger des projets positifs.

3. Vous avez rencontré le Président de la République dans le cadre de la Commission Attali en mai 2012. Et alors, il en pense quoi François de la finance solidaire et participative ?

Nous avons été surpris par l’intérêt qu’il porte pour le crowdfunding. Lors des deux réunions que nous avons eu avec lui, il a posé le sujet sur la table de lui-même. Concernant le rapport sur l’Economie Positive, nous avons ainsi rédigé la proposition n°10 concernant la simplification de la réglementation sur le crowdfunding.

4. Quel est le plus beau projet que vous ayez financé ?

Tous nos projets sont excellents ! Personnellement j’aime particulièrement Mooville : un véhicule de livraison électrique qui a levé plus de 130 000 € sur notre site et que le Crédit Coopératif a abondé de manière complémentaire de 370 000 €. Ces véhicules innovants limitent les émissions polluantes et les nuisances sonores, offrant une alternative écologique et durable au secteur de la livraison. Enfin ils pérennisent 70 emplois dans une chaine de montage initialement menacée par la crise du secteur automobile.

5. Serais-tu prêt à devenir costockeur ?

J’aime beaucoup votre concept. Pour tout vous dire je réfléchissais sérieusement à proposer de l’espace disponible dans la maison de mes parents qui s’est vidée avec le temps…avant de remarquer que mon frère l’avait déjà fait avec Costockage !

Merci beaucoup Nicolas, bravo pour ce beau projet et bon vent à SPEAR. Et si tu recroises François H. un de ces quatre, tu pourras lui glisser qu’il peut rentabiliser tout l’espace vide de l’Elysée en acceuillant les cartons de ses voisins !

Impôts et consommation collaborative : comment ne pas être un hors-la-loi ?

Impôts et consommation collaborative : comment ne pas être un hors-la-loi ?

Afin de vous faciliter la vie, nous vous proposons de vous éclairer sur les aspects juridiques (Qui peut louer ? Comment déclarer ses revenus ?) associés à la consommation collaborative. Aux Etats-Unis, laffaire Nigel Warren, hôte sur AirBnB à New-York condamné en mai 2013 à verser une amende de 2 400$ pour avoir « violé la loi hôtelière », a fait douter certains propriétaires d’espaces sur les différentes plateformes collaboratives (AirBnB, qui a payé l’avocat, a d’ailleurs gagné le procès en appel en septembre 2013). Rassurez-vous, chers lecteurs français : si vous respectez les quelques règles suivantes, vous ne risquerez absolument rien ! 

1. Ai-je le droit de louer un espace à un particulier?

La loi française est très claire sur ce point, et distingue deux catégories de loueurs d’espaces : ceux qui sont propriétaires de l’espace de stockage, et ceux qui en sont locataires.

       A. Si vous êtes propriétaire

Selon le Ministère du Logement :

« Si le logement est à la fois la résidence principale et la propriété de l’occupant, celui-ci peut louer son bien. Cette location peut s’exercer sans autorisation dans les communes visées à l’article L. 631-7 du CCH tant que la location est occasionnelle [ndlr : par exemple, vous ne pouvez pas transformer tout votre appartement en hôtel 365 jours par an] et que le logement reste la résidence principale du propriétaire. »

Vous l’aurez donc compris, si vous êtes propriétaire, personne ne viendra vous tirer dans les pattes si vous louez votre cave sur Costockage.fr ou votre logement sur AirBnB.

       B. Si vous êtes locataire…

…de votre logement mais que vous souhaitez toutefois tirer quelques revenus de votre appartement, vous le pouvez bien évidemment avec l’accord de votre propriétaire.

2. Dois-je déclarer mes revenus ?

Comme vous pouvez vous en douter, c’est une question rhétorique (pour les plus hésitants d’entre vous, la réponse est OUI). 

       A. Chez Costockage

Lorsque vous louez une partie de votre logement en tant qu’espace de stockage, cela s’apparente à une location non-meublée (que ce soit dans votre cave, votre grenier, votre chambre, votre salon, …). Vous devez déclarer ces revenus comme « revenus fonciers ». Cela vaut que vous louiez votre appartement en mode « Dépôt » (vous gardez la clef et pouvez accueillir les affaires de plusieurs locataires) ou en « Location » (vous donnez la clef – de votre cave par exemple – au locataire).

       B. Sur un site comme AirBnB

En revanche, si vous louez votre chambre ou appartement sur un site comme Airbnb (Sejourning, BedyCasa, Chambreàlouer, …), cela s’apparente à de la location meublée. Vous devez donc déclarer vos revenus comme « bénéfices industriels et commerciaux » – ou « BIC » pour les puristes. D’ailleurs, si ces revenus ne dépassent pas 760€ par an, vous bénéficiez d’une exonération d’impôts sur le revenu.

NB : si vous louez votre voiture sur une plateforme de location collaborative (Ouicar, Buzzcar, Drivy, …), vos revenus tomberont également dans cette seconde catégorie.

Si vous souhaitez obtenir des informations plus détaillées notamment sur les cas particuliers, nous vous recommandons la lecture de cette page d’aide dédiée à l’imposition sur les revenus locatifs. Vous pouvez également appeler le service dédié des impôts au 0810 467 687 (prix d’une communication locale depuis un fixe).

Costockage.fr, premier garde-meuble entre particuliers!

Assurance comprise! 

3. Du coup, c’est quoi la prochaine étape ?

Il ne vous reste plus qu’à vous rendre sur Costockage.fr, y déposer une annonce de location de box, garage, ou autre self-stockage, et rentabiliser vos espaces vides. En toute légalité Mesdames et Messieurs !

Est-ce intéressant d’investir dans une place de parking ?

Est-ce intéressant d’investir dans une place de parking ?

Chez Costockage, nous avons remarqué que de nombreux garages mis en location pour du stockage ne sont pas situés au domicile de leur propriétaire. Ce qui nous a amené à nous poser la question suivante : est-ce rentable pour un particulier d’investir dans une place de parking ou un garage ? Et comme la voix d’un expert est toujours plus sûre, nous avons décidé de donner la parole (ou plutôt le clavier) à notre partenaire Logic-Immo, spécialiste de l’immobilier.

 

Pourquoi acheter une place de parking ou un garage ?

Cette formule permet d’investir dans la pierre, même si vos possibilités d’investissement sont modestes. En effet, l’achat d’une place de parking ou d’un garage représente un investissement beaucoup plus faible que l’achat d’un appartement.

En fonction de l’emplacement, le prix d’une place de parking ou d’un garage peut varier de quelques milliers d’euros (pour un emplacement en province), jusqu’à quelques dizaines de milliers d’euros pour un emplacement situé en région parisienne.

De plus, la rentabilité locative de ce type de bien dépasse souvent celle d’un appartement et vous pouvez profiter d’une plus-value potentielle si le garage acheté se trouve dans un quartier en cours de rénovation. Il en est de même si le quartier est sur le point de bénéficier d’une création d’espaces verts ou de toute réalisation susceptible de valoriser les biens qui s’y trouvent.

Enfin, si le locataire ne s’acquitte pas de son loyer, la procédure de résiliation du contrat de location est moins contraignante que pour un bail d’habitation classique.

 

Costockage.fr, premier garde-meuble entre particuliers!

Assurance comprise! 

 

La rentabilité de l’investissement dans un parking ou dans un garage

Si vous choisissez bien l’emplacement de votre garage, vous pouvez espérer une rentabilité annuelle brute supérieure à celle d’un appartement. [Ndlr: Nous (chez Costockage) remarquons même qu’un box de parking peut rapporter plus pour du stockage que pour du stationnement . A titre d’exemple, à Paris, alors qu’un boxe pour une voiture se loue environ 200€/mois, il peut rapporter plus de 300€ en costockage].

Il en résulte que, si vous investissez dans un garage ou une place de parking situé dans une zone qui profitera de travaux (qui valoriseront votre bien), vous pourrez cumuler cette rentabilité avec une bonne plus-value potentielle tout en prenant le moins de risques.

Pour faire la meilleure opération possible, il est conseillé de commencer par vous renseigner auprès de la mairie de la ville concernée pour connaître les projets de travaux. Ensuite, comparez les offres de vente concernant des places de parking ou des garages situés dans ces quartiers et choisissez celle qui semble la plus avantageuse.

 

Exemple : l’intérêt d’un tel investissement à Nantes

Si vous avez pour projet d’emménager sur la ville de Nantes, sachez qu’il est judicieux d’acheter un appartement avec un garage. En effet, les appartements de Nantes possédant un garage ou une place de stationnement ne sont pas monnaie courante. Aussi, même si vous ne disposez pas de véhicule personnel, pensez à la valeur d’une place de parking pour les automobilistes urbains et au rendement annuel que cela pourrait vous générer. Investir dans un logement avec garage est véritablement intéressant, surtout dans une ville comme Nantes, disposant de zones de stationnement payantes et où vous pourriez rendre service à de nombreux automobilistes tout en gagnant de l’argent tous les mois.

Par ici, si vous chez un box de stockage à Nantes!

A noter:

Rentila est un logiciel de gestion locative en ligne qui facilite la relation entre le locataire et le bailleur et d’autre part facilite le suivi de toutes les tâches administratives en lien avec le local loué. L’interface intuitive de Rentila.com permet de limiter le temps investi dans sa gestion locative, tout en optimisant la rentabilité de son investissement locatif, étant donné qu’il permet d’éviter de faire appel à une agence immobilière, pour un service totalement gratuit.

 

Vous voulez en savoir plus sur la rentabilité d’une place de parking ou d’un garage? Rendez-vous sur notre blog dédié à l’investissement: investir.costockage.fr!

Quel est le lien entre DeLaMaison et Costockage ? La cave… à vins !

Quel est le lien entre DeLaMaison et Costockage ? La cave… à vins !

Article écrit par notre partenaire DeLaMaison.fr 

Ami internaute, convenons-en : les arcanes du web sont impénétrables. Après moult pérégrinations  webmatiques, ta curiosité naturelle t’a amené à croiser la route d’un site mystérieux : Costockage. Après t’être dûment renseigné, tu as compris qu’il s’agissait d’une solution de stockage entre particuliers. Tu vis dans un modeste appartement, tu collectionnes les Picsou Magazine depuis ton enfance, seulement ta chère et tendre ne partage que très modérément ta passion. Elle t’enjoint fortement à te défaire de ton précieux trésor ; or cela te fendrait l’âme… Certes, Costockage est tout indiqué pour trancher cet épineux problème – et de manière très économique qui plus est – mais pas seulement. Cette ingénieuse entreprise peut avoir bien d’autres utilités : une fois l’espace libéré, que dirais-tu de t’initier aux plaisirs de l’œnologie, par exemple… ?

Une cave à vin de vieillissement pour de sympathiques bacchanales

« Mais comment utiliser cet espace nouvellement libéré ? », te demandes-tu fébrilement. « Avec du vin ! », te répond ton for intérieur pas du tout fébrilement. Il est vrai que tu goûtes particulièrement ce divin nectar ; seulement, si ton intérieur contient à grande peine l’intégrale des Picsou Magazine, l’acquisition d’une cave à vin a toujours dû être repoussée aux calendes grecques. Aussi, c’est la larme à l’œil et le cœur lourd que tu assistes chaque année à la foire au vin dans le supermarché du coin. Maudite soit ton impuissance… Mais maintenant réjouis-toi ! Costockage t’as aidé à faire de la place chez toi et toi aussi dorénavant tu recevras tes hôtes triomphant en exhibant fièrement ta bouteille de Châteauneuf-du-Pape 1985 ! Ami, opte donc pour une cave à vin de vieillissement, et toi aussi, lors des dîners en ville, expose bien haut ton verre à la lumière tout en décrétant solennellement devant une assistance médusée par tant de science : « Celui-là, il a de la cuisse… ».

Ouvre grand les yeux et contemple ton futur, ami. Ce modèle contient 197 bouteilles ; soit 197 raisons de te réjouir…

205 bouteilles, en cas de grosse soif… ; ou, lors de soirées malencontreuses, lorsque par un vilain coup du sort, on taraude à sec.

Tu ne tiens pas à boire toutes tes économies ? 61 bouteilles judicieusement choisies devraient pouvoir faire l’affaire…

La cave de service, qu’est-ce c’est ?

Tu es dorénavant séduit par la cave à vin de vieillissement, mais cette dernière a un petit inconvénient : il te faudra attendre quelques mois, sinon quelques années, avant de t’initier aux plaisirs délicats de l’œnologie. Seulement, grande est ton impatience. En ce cas opte pour une cave de service, qui te permettra de conserver les bouteilles que tu destines à une consommation immédiate. Un rapide saut dans ta nouvelle cave fraîchement installée, et à toi les joies immédiates et les plaisirs enivrants de ce doux breuvage…

Tu vois, cher ami, ce n’est pas bien compliqué. Quand on fait de la place chez soi, on peut s’en faire des plaisirs… du moment que cela se fait avec modération.

C’est la rentrée, et je ne dois pas me moquer de mes camarades

C’est la rentrée, et je ne dois pas me moquer de mes camarades

Et voilà, c’est la rentrée. Alors que les étudiants spécialistes de la dernière minute courent de boutique en boutique pour dénicher les derniers agendas Daft Punk et quelques boites de cartouches Parker, d’autres ont déjà leur cartable rempli au pied de leur lit, à l’image d’Américains disciplinés et terrorisés une veille de débarquement. Il existe une troisième catégorie de personnes dans ce bas monde – les “plus étudiants”, dont je fais partie – qui, à chaque rentrée scolaire, regrettent ce temps béni où nos préoccupations les plus profondes consistaient à savoir si la fille la plus jolie du collège serait dans notre classe.

Récemment, mes parents ont dû déménager, me laissant avec des tonnes de cartons de souvenirs scolaires sur les bras, précieusement conservés et classés : mes photos de classe depuis la maternelle, mes cahiers d’écolier, une pile de vieux agendas, une flûte, et même une pochette « Punitions » – dont est extraite la photo suivante.

pochette punitions

Seulement voilà. J’habite à Paris. Et mon colocataire était contre l’idée de transformer notre salon en Musée de La Scolarité De La Fin Du XXè. Alors après une recherche rapide sur le site Costockage (pour lequel je travaille, si c’est pas merveilleux), je me mets d’accord avec Patrick qui loue un box de stockage à 400m de chez moi. Ironie du sort, il est prof de Français. Il sera le gardien de mes premières interros de maths.

Nos préoccupations ont changé, et la rentrée est désormais synonyme de recherche d’appartement, de déménagement, de paiement des impôts et d’installation du bureau de votre enfant dans sa nouvelle chambre. Cette année, vous aurez peut-être des problèmes de place. Vous devrez certainement avoir recours à des solutions de stockage. Et on aimerait que vous sachiez qu’on sera là pour vous aider.

Dans un an, j’irai récupérer ces précieuses affaires. Peut-être que je serai riche et que j’aurai une pièce en plus dans mon nouveau chez moi pour y ranger tout ça. Ou peut-être que je trouverai un nouveau hussard noir sur Costockage.

Bonne rentrée aux uns, bonne nostalgie aux autres.